Finances : le Jura lance un plan d’économie de 34 millions

Les autorités ont transmis au Parlement un « Plan équilibre » pour les années 2022 à 2026 avec ...
Finances : le Jura lance un plan d’économie de 34 millions

Les autorités ont transmis au Parlement un « Plan équilibre » pour les années 2022 à 2026 avec plus de 80 mesures afin de réaliser des économies. Le budget 2023 présente un déficit de 5,9 millions

Le Gouvernement jurassien présente un Plan d'équilibre afin d'économiser 34 millions de francs d'ici à 2026. (Photo: archives KEYSTONE /Jean-Christophe Bott). Le Gouvernement jurassien présente un Plan d'équilibre afin d'économiser 34 millions de francs d'ici à 2026. (Photo: archives KEYSTONE /Jean-Christophe Bott).

Le Gouvernement jurassien veut économiser 34 millions de francs d’ici 2026. Il a transmis au législatif un « Plan équilibre » contenant 85 mesures afin d’atteindre une nouvelle stabilité financière et l'a présenté devant la presse ce jeudi matin. « Notre Gouvernement se devait d’agir », a argué la ministre jurassienne des Finances Rosalie Beuret Siess dans le Journal de 12h15. Les mesures retenues ont été regroupées en quatre axes : ressources humaines, fiscalité et recettes, aides sociales et individuelles et prestations. Ces mesures doivent permettre d’économiser 34 millions de francs. Un plan qui ne comprend pas de coupes linéaires. Le Gouvernement précise ne pas vouloir de mesures « dont l’impact social pourrait être trop dommageable dans une période où les incertitudes sont déjà importantes et mettent à mal le pouvoir d’achat ».


Une semaine supplémentaire de congé non payée

Parmi ces mesures, le Gouvernement propose notamment l’introduction d’une semaine supplémentaire de congé non payée au sein de l'administration et de l'enseignement « qui se traduit dans les faits par une baisse salariale » a indiqué Rosalie Beuret Siess. Une mesure « qui nous paraissait supportable du fait que du temps est offert aux employés de la fonction publique et ceci doit aussi nous permettre de rester un employeur attractif », tempère la ministre. Les économies espérées s'élèvent à près de 4 millions de francs par an dès 2024.

Autres mesures : la suppression des bourses pour certaines formations, à l’étranger par exemple. Désormais, elles ne seraient attribuées qu’en fonction de la situation financière du stagiaire, alors qu’elle est aujourd’hui offerte sans condition de revenus. Les économies espérées s'élèvent à 145 mille francs par an. Le Gouvernement veut aussi poursuivre les mesures budgétaires déjà entreprises par le Service de la formation post obligatoire, soit des regroupements de classe ou des suppressions de filières, pour rapporter 1 million par an. Citons encore en guise d’exemple la réduction du soutien cantonal aux infrastructures pour l’eau potable et l’eau usée (400'000 francs d’économies par an), l’acquisition d’un nouveau radar semi-stationnaire, (830'000 francs de recette), les tarifs des crèches en hausse (500'000 francs par an pour l’Etat). Toutefois, les économies passeraient aussi… par des investissements, selon le Gouvernement. Parmi les mesures envisagées, le Gouvernement souhaite renforcer certains dispositifs de soutien social. De quoi engranger des recettes de plus d’1 million et demi de francs par an, notamment grâce à une optimisation de la stratégie d’intégration professionnelle.

Entretien avec la ministre jurassienne des Finances Rosalie Beuret Siess dans le Journal de 12h15 :

Budget déficitaire

Le Canton présente également son budget pour l’année 2023. Ce dernier table sur un déficit de 5,9 millions de francs et respecte le frein à l’endettement. Les investissements se montent à 31,1 millions. Les économies permises par le Plan d'équilibre ont été intégrées pour un total de 11,4 millions. Le canton a également recouru à la réserve pour politique budgétaire à hauteur de 21,5 millions qui soutiennent la moitié de la progression des recettes de 43 millions (4,5%).

Les charges ont augmenté de 2,9%, soit 28 millions de francs. Le Gouvernement note encore la progression des coûts de l’énergie de 1,4 million. Les prestations supplémentaires pour l’accueil des réfugiés représentent 3,9 millions et un montant de 5,7 millions concerné par l’indexation des salaires au taux de 2,08%. Les aides pour les primes d’assurance maladie ont été augmentées de 2,6 millions et les barèmes et les déductions fiscales ont été adaptés à l’inflation à hauteur de 3,8 millions.


Projet de modernisation de l’administration

L’Etat lance une autre réforme stratégique en parallèle du plan d’équilibre : la modernisation de l’administration. Le Gouvernement souhaite ainsi accélérer sa numérisation et prévoit « des ressources spécifiques » pour sa mise en place, notamment l’engagement de secrétaires généraux des départements afin de porter ce projet avec la Chancellerie, ainsi que l’engagement de l’équipe chargée de l’accueil de Moutier dans le canton. Ce projet devrait permettre d’ajouter six millions de francs d’économie aux 34 millions prévus par le Plan d'équilibre.

Le Parlement devra se prononcer sur ces mesures d’économies et la révision du plan financier. /comm-gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes