Une campagne pour mieux nourrir les moloks dans les Franches-Montagnes

Le comité de pilotage de la taxe aux sacs du district lance jeudi une campagne de sensibilisation ...
Une campagne pour mieux nourrir les moloks dans les Franches-Montagnes

Le comité de pilotage de la taxe aux sacs du district lance jeudi une campagne de sensibilisation pour rendre la population attentive à l’utilisation adéquate des conteneurs

Un graphiste du Noirmont a créé les illustrations. (Image: copil TAS). Un graphiste du Noirmont a créé les illustrations. (Image: copil TAS).

Les Franches-Montagnes veulent en finir avec les incivilités dans les moloks. Le comité de pilotage de la taxe aux sacs (copil TAS) du district lance ce jeudi une campagne de sensibilisation au tri des déchets. Des affiches, des autocollants et des tous-ménages rappellent à la population les gestes justes en ce qui concerne les moloks. Pour accentuer l’efficacité de la campagne, le copil TAS a misé sur l’humour. Les illustrations qui accompagnent les messages de sensibilisation sont l’œuvre d’un graphiste du Noirmont.

La démarche concerne les localités taignonnes dont le cercle de ramassage est géré par l’usine d’incinération Vadec à La Chaux-de-Fonds. Lajoux et Les Genevez, qui répondent du centre de recyclage Celtor à Reconvilier, n’en font donc pas partie.


Constat partagé par toutes les communes

Depuis l’arrivée des moloks en 2010 et des sacs taxés en 2015, les communes franc-montagnardes ont détecté plusieurs dysfonctionnements. « On trouve beaucoup de sacs noirs, qui sont des sacs non-taxés et dont la place devrait être dans un autre contenant. On trouve aussi des déchets en vrac comme du sagex ou des jouets », explique Mélina Brulhart. La présidente du copil TAS précise que dans la majorité des cas, la population suit convenablement les indications des autorités.

Mélina Brulhart : « On peut toujours mieux faire »

Le constat est le même dans toutes les localités taignonnes. Les incivilités nécessitent du personnel pour trier les déchets dans les moloks. Les communes ont aussi pour tâche de retrouver les personnes coupables puis de les amender. En cas d’échec de la campagne de sensiblisation, le copil TAS espère que les nouvelles autorités élues cet automne trouveront un moyen plus efficace.


Et dans les autres districts ?

L’Ajoie semble épargnée. « Nous avons quelques sacs noirs dans nos moloks. Mais ces cas restent très marginaux », nous a indiqué Grégory Pressacco, responsable technique du Syndicat intercommunal du district de Porrentruy.

Dans la Vallée, même constat. Michel Tobler, président du Syndicat de gestion des déchets de Delémont et environs, nous a expliqué que « quelques très rares sacs noirs sont repérés. Mais de manière générale, nous sommes contents ».

Le district des Franches-Montagnes est donc davantage concerné que les autres. Pour Mélina Bruhlart, l’explication se cache peut-être dans les moments d’arrivée des moloks et des sacs taxés. Dans les Franches-Montagnes les conteneurs ont débarqué avant les sacs taxés. Pour les deux autres districts, c’est l’inverse. La présidente du copil TAS espère à présent que la campagne de sensibilisation gommera cette différence. /nmy

De gauche à droite : La présidente du copil TAS des Franches-Montagnes Mélina Brulhart, la conseillère communale de Saignelégier Catherine Erba et la conseillère communale du Noirmont Florence Girard s’attaquent aux incivilités dans les moloks. De gauche à droite : La présidente du copil TAS des Franches-Montagnes Mélina Brulhart, la conseillère communale de Saignelégier Catherine Erba et la conseillère communale du Noirmont Florence Girard s’attaquent aux incivilités dans les moloks.


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus