Mairies et partis : notre analyse après les élections communales

Après le second tour des élections communales ce dimanche, toutes les autorités communales ...
Mairies et partis : notre analyse après les élections communales

Après le second tour des élections communales ce dimanche, toutes les autorités communales sont connues. Analyse sur les mairies et les partis politiques

Une citoyenne vote lors du second tour de l'élection à la mairie de Porrentruy le dimanche 13 novembre. (Photo : Georges Henz). Une citoyenne vote lors du second tour de l'élection à la mairie de Porrentruy le dimanche 13 novembre. (Photo : Georges Henz).

Les autorités communales jurassiennes ont toutes été renouvelées à l’issue du second tour des élections ce dimanche. Notre analyse axée sur les mairies et les partis politiques.


Porrentruy et Delémont aux mains du PCSI

Le PCSI s’est donc emparé de la mairie de Porrentruy avec Philippe Eggertswyler ce dimanche. C’est la première fois que le parti remporte ce fauteuil dans la cité. Avec la réélection de Damien Chappuis dès le premier tour à Delémont, les chrétiens-sociaux indépendants vont ainsi diriger les deux plus gros chefs-lieux du Jura, ce qui n’est pas rien. De quoi rebooster et offrir une belle visibilité à cette formation qui montre qu’elle est toujours là après avoir perdu des plumes lors des dernières élections cantonales. A noter que le PCSI détient également la mairie de Coeuve.

Treize mairies pour le PDC

Au PDC, les sentiments sont contrastés ce dimanche. Eric Dobler prend la mairie de Haute-Sorne, concrétisant la forte poussée orange dans la commune fusionnée. Le parti a en revanche bu la tasse à Porrentruy avec le dernier rang d’Anne Roy, tant au premier qu’au deuxième tour. Cette place forte de la droite est tombée, ce qui constitue un revers pour les démocrates-chrétiens. Le PDC peut toutefois tirer un bilan positif de ces élections communales, puisqu’il détiendra treize mairies lors de la prochaine législature, loin devant tous ses adversaires politiques.


Seules deux mairies pour le PS

Le Parti socialiste, lui, croyait fermement en ses chances de s’imposer à Porrentruy et Haute-Sorne. C’est raté : Etienne Dobler a même été largement battu dans la commune fusionnée. Le PS détient un chef-lieu – celui des Franches-Montagnes – avec l’accession tacite de Catherine Erba à la mairie de Saignelégier. Joël Burkhalter a pour sa part été réélu tacitement dans la commune fusionnée de Courrendlin. Deux maires, c’est quand même peu pour le deuxième parti du canton au regard de sa représentation au Parlement.


Huit maires PLR

Enfin, pas concerné par le deuxième tour de ces élections et battu dans les communes où il y a eu combat le 23 octobre, le PLR a tout de même décroché huit mairies tacitement, ce qui le place derrière le PDC. L’UDC et le PEV détiennent une mairie, là aussi après une élection tacite. Les fauteuils restants sont occupés par des candidats sans étiquette politique. /rch-gtr


 

Actualités suivantes