Pour lutter contre la discrimination à l’embauche des personnes sourdes et malentendantes

L’Association de parents d’enfants déficients auditifs du Jura et Berne francophone dénonce ...
Pour lutter contre la discrimination à l’embauche des personnes sourdes et malentendantes

L’Association de parents d’enfants déficients auditifs du Jura et Berne francophone dénonce l’absence de mesures dans les entreprises pour favoriser l’accès à l’emploi

Martine Kaba, membre de l’Association de parents d’enfants déficients auditifs du Jura et Berne francophone, était l'invitée de La Matinale ce vendredi Martine Kaba, membre de l’Association de parents d’enfants déficients auditifs du Jura et Berne francophone, était l'invitée de La Matinale ce vendredi

Il n’est pas toujours facile pour les personnes sourdes et malentendantes d’accéder à la vie professionnelle. Le taux de chômage parmi elles atteint 9% en Suisse, soit quatre fois plus que la moyenne de la population active. L’Association de parents d’enfants déficients auditifs du Jura et Berne francophone (AJPEDA) dénonce « une discrimination à l’embauche », dont elle propose de parler ce vendredi soir à 18h30 au Centre St-Maurice à Delémont dans le cadre d’une conférence.


Absence de moyens

Si les sourds et malentendants ne sont pas refoulés directement par les entreprises, l’association est convaincue que leur handicap pèse dans la balance. Cette dernière pointe du doigt des lacunes dans l’accueil de ces personnes. « De manière générale, il n’y a aucune obligation légale, donc il y a très peu de choses qui sont mises en place, pourtant il serait assez simple d’y remédier », indique Martine Kaba, membre de l’association. Selon elle, « des petits détails bêtes » pourraient rendre davantage accessibles les emplois, notamment en proposant une séance ou en faisant attention à rendre les pièces lumineuses, afin de favoriser la lecture labiale. Si le besoin se fait ressentir, les entreprises peuvent également faire appel à des interprètes qui sont défrayés par l’assurance-invalidité.


Un bénéfice d’engager des personnes sourdes ou malentendantes

Martine Kaba, elle-même mère d’une fille sourde, est convaincue des avantages que représente la nomination d’une personne sourde ou malentendante. En effet, ces personnes ont de « grandes capacités d’observation », selon elle, car, « quand un sens est supprimé, les autres se développent ». De plus, toujours d’après la membre de l’AJPEDA, les sourds et malentendants feront tout pour être à la hauteur, bien conscients de leur handicap.

/mle


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus