Des dizaines d’enseignants jurassiens demandent leur mutation à Moutier

C’est une action « provocatrice » menée par le Syndicat des enseignants : plus de 80 d’entre ...
Des dizaines d’enseignants jurassiens demandent leur mutation à Moutier

C’est une action « provocatrice » menée par le Syndicat des enseignants : plus de 80 d’entre eux ont écrit lundi au Service de l’enseignement pour demander leur mutation dans la cité prévôtoise et ainsi mettre en lumière des conditions de travail péjorées dans le Jura, au contraire de Berne

Rémy Meury, secrétaire général du Syndicat des enseignants jurassiens, a transmis les demandes de mutation de plus de 80 fonctionnaires au canton (photo : archives). Rémy Meury, secrétaire général du Syndicat des enseignants jurassiens, a transmis les demandes de mutation de plus de 80 fonctionnaires au canton (photo : archives).

« Le statut des enseignants jurassiens s’est péjoré ces dernières années par rapport à celui des Bernois. » C’est pour faire la lumière sur ce phénomène que le Syndicat des enseignants jurassiens (SEJ), par la voix de son secrétaire général Rémy Meury, a mené lundi une action volontairement « provocatrice ». Plus de 80 d’entre eux ont écrit au Service jurassien de l’enseignement pour demander leur mutation à Moutier. Le SEJ réagit ainsi au Plan équilibre 22-26 qui empirera selon lui la situation côté jurassien, alors que les fonctionnaires prévôtois bénéficieront de droits acquis dans le cadre du transfert de Moutier dans le Jura.


Différences de salaires

Principale différence entre les deux cantons : les salaires. « Aujourd'hui, c'est environ 138'000 francs de plus dans le canton de Berne », explique Rémy Meury, en comparant les salaires bruts d'enseignants à l'école primaire actifs à 100% et sur une carrière de 40 ans des deux côtés de la frontière cantonale. Le Plan équilibre 22-26 imposerait quant à lui une semaine de congé supplémentaire non payée aux enseignants jurassiens. « L'essentiel pour nous, c'est de faire remarquer que ce Plan équilibre est totalement déséquilibré », résume Rémy Meury, qui précise : « Je soutiens absolument le maintien des droits acquis pour les Bernois. On se réjouit de recevoir nos collègues prévôtois ». Le secrétaire général du SEJ ajoute que l’action menée est symbolique et qu’il n’existe « aucun risque » de mutation réelle vers Moutier pour les enseignants qui y ont pris part.

Entretien avec Rémy Meury, secrétaire général du Syndicat des enseignants jurassiens

RFJ a contacté ce mardi le chef du Service jurassien de l'enseignement, destinataire des demandes de mutations envoyées par le SEJ. Fred-Henri Schnegg ne souhaite, pour le moment, pas réagir à cette action. /mmi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus