Trafic de drogue : « Puisse ce verdict être dissuasif »

La justice jurassienne a prononcé vendredi de lourdes peines à l’issue d’un procès traitant ...
Trafic de drogue : « Puisse ce verdict être dissuasif »

La justice jurassienne a prononcé vendredi de lourdes peines à l’issue d’un procès traitant d’achat, de vente et de consommation de Crystal meth, notamment. Le prévenu principal écope de huit ans de prison

La justice jurassienne a rendu vendredi son verdict dans une importante affaire de drogue (archive d'illustration). La justice jurassienne a rendu vendredi son verdict dans une importante affaire de drogue (archive d'illustration).

Infractions aux Lois sur les stupéfiants et la circulation routière, blanchiment d’argent qualifié : trois prévenus ont été lourdement condamnés par le Tribunal de première instance vendredi après-midi à Porrentruy. Ils ont été responsables, à des degrés divers, d’un important trafic de drogues dures entre 2015 et 2020, principalement de Crystal meth et de speed. Grâce à cette activité criminelle dans la région, deux des prévenus ont pu mener un train de vie très aisé.

« Ils ont joué avec le feu et ils ont perdu ! », a déclaré d’entrée la juge Corinne Suter à l’heure du verdict. Le prévenu principal écope de huit ans de prison. Qualifié de cheville ouvrière du trafic de drogues, son chiffre d’affaires s’est élevé à près de 200'000 francs et le bénéfice dégagé a dépassé les 100'000 francs. Une somme d’environ 60'000 francs a été blanchie à l’étranger. La justice a indiqué qu’il a agi comme un professionnel. Le deuxième prévenu est condamné à quatre ans de prison. Il a servi de bras droit et d’intermédiaire à son chef, puis il le remplaçait lorsqu’il n’était pas là. Sa contribution au trafic a été perçue comme essentielle, mais plus discrète. La troisième prévenue – compagne du premier – écope de deux ans de prison avec sursis pendant quatre ans. Elle a contribué au blanchiment d’argent aggravé. Tous trois ont par ailleurs été dépendants au Crystal meth.

« Nous avons été sévères, mais nous voulons lutter contre les responsables de ce fléau. Puisse ce verdict être dissuasif », a conclu la juge Corinne Suter. /rch


Actualisé le