Le CCDP en opération reconquête

Pour conquérir ou reconquérir un public en baisse depuis la crise Covid, le Centre culturel ...
Le CCDP en opération reconquête

Pour conquérir ou reconquérir un public en baisse depuis la crise Covid, le Centre culturel du district de Porrentruy mise sur une seconde partie de saison aux accents populaires

Avec « Chagrin d'école », Daniel Pennac et Laurent Natrella (photo) nous renvoient à notre passé d'écolier. (Photo : Vincent Pontet) Avec « Chagrin d'école », Daniel Pennac et Laurent Natrella (photo) nous renvoient à notre passé d'écolier. (Photo : Vincent Pontet)

Contraint de composer, encore, avec une baisse d’environ un tiers de son public depuis la crise sanitaire, le Centre culturel du district de Porrentruy part à la reconquête de son public. Son programme, présenté ce vendredi, pour la prochaine demi-saison de janvier à mai 2023 mise sur des accents populaires, soit par les noms des artistes ou les problématiques abordées. Le constat d’après-crise montre que les grands noms de l’humour permettent toujours de remplir les salles tandis les spectacles de danse ou théâtres moins connus et destiné à un public averti peinent à séduire le plus grand nombre alors qu’ils affichaient aussi « complet » avant le Covid. La programmation des six prochains moins vise donc à aller encore plus à la rencontre des attentes du public.


Des propositions « grand public » ou des thématiques actuelles

De l’humour sur le football avec Charles Nouveau, désormais figure de la RTS et de France Inter, « Chagrin d’école » de Daniel Pennac avec Laurent Natrella qui nous renverra tous aux écoliers moyens que beaucoup d’entre nous ont été, du Molière revisité avec « Les femmes (trop) savantes ? », ou encore « Bachmania », un duel de pianiste sur du Jean-Sébastien Bach qui rend le répertoire classique accessible au plus grand nombre. En bref, des références populaires ou classiques qui parlent à tout le monde. « On doit acquérir un équilibre en faisant des propositions orientées grand public, mais aussi sur des thématiques actuelles moins grand public, mais qui touchent tout le monde », résume Marie-Claire Chappuis, programmatrice du CCDP. Illustration d’un sujet difficile, mais concernant, « Les Chatouilles ou la Danse de la colère » proposée par une danseuse qui raconte l’abus sexuel subi dans sa jeunesse, récompensée notamment par un Molière en 2016.


Désormais quasi impossible d’attirer un grand nom de la scène parisienne

Le problème lié avec la baisse de public est la contrainte de composer avec un budget restreint et, dans le même temps, des productions parisiennes toujours plus chères. « Elles atteignent des prix fous », souffle Marie-Claire Chappuis. En d’autres termes, faire venir un grand humoriste qui est passé à la télé et à la radio est devenu quasi impossible. « Avec une jauge comme celle de la salle de L’Inter, c’est compliqué… alors que cela a été possible avant la crise, notamment à l‘ouverture de la salle. Il nous faut donc trouver autre chose, ou des grands noms qui ne sont pas encore trop grands ou trop médiatisés pour être inaccessibles », confie la programmatrice. Parallèlement, le CCDP accentue sa politique de « rabais » sur les prix. Un tarif enfant à 10 francs est désormais proposé sur certains spectacles, les différentes réductions (membre CCDP, détention d’une carte BCJ, d’une carte culture, etc.) sont aussi cumulables afin de faire baisser, assez nettement dans certains cas, le tarif de base. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus