La nécessité du dialogue sur la ligne directe Bienne – Belfort

Le député à l’Assemblée nationale des Français de Suisse Marc Ferracci était de passage ce ...
La nécessité du dialogue sur la ligne directe Bienne – Belfort

Le député à l’Assemblée nationale des Français de Suisse Marc Ferracci était de passage ce lundi à Delémont pour évoquer l’avenir de la ligne ferroviaire qui devrait cesser d’être directe à partir de 2025

Marc Feracci, député à l’Assemblée nationale des Français de Suisse  (à droite) est venu visiter les locaux de Humard Automation (dirigée par Georges Humard (à gauche). Marc Feracci, député à l’Assemblée nationale des Français de Suisse (à droite) est venu visiter les locaux de Humard Automation (dirigée par Georges Humard (à gauche).

Marc Ferracci entend jouer un rôle de facilitateur de dialogue dans le différend sur la ligne directe entre Bienne et Belfort. Le député à l’Assemblé nationale des Français de Suisse a participé ce lundi matin à Delémont à une réunion de travail sur l’avenir du tronçon ferroviaire. Marc Ferracci était invité à échanger avec les responsables de l’entreprise Humard Automation SA. La Région Bourgogne – Franche-Comté a choisi récemment de renoncer à poursuivre les démarches pour améliorer la ligne directe entre Bienne et Belfort. Les raisons invoquées sont d’ordre financier en lien avec la faible fréquentation du tronçon ferroviaire franco-suisse. Les trains s’arrêteront donc à Delle à partir de 2025.

Marc Ferracci indique que le but de sa venue dans le Jura était de « capter les préoccupations des gens qui sont dans le terrain, en particulier des employeurs de travailleurs frontaliers ». Son objectif vise ainsi à « engager et consolider le dialogue et la coopération entre la partie française et la partie jurassienne ». Il estime que la décision de la Région Bourgogne – Franche-Comté « n’empêche pas de réfléchir à la manière dont on peut rendre attractifs les deux tronçons avec une correspondance à Delle ». Plus largement et au-delà de la ligne Bienne - Belfort, l’élu Renaissance - qui est aussi un proche d’Emmanuel Macron – compte « saisir les équipes du président » français de la question de la mobilité transfrontalière dans la perspective de la visite d’Etat que le locataire de l’Elysée va effectuer en Suisse les 15 et 16 novembre prochains.

Marc Ferracci : « Je pense qu’on a besoin de dialogue sur ce sujet-là »

La rencontre qui s’est tenue ce lundi matin dans les locaux de la société Humard Automation SA a été mise sur pied par Didier Receveur, responsable de la section suisse du parti macroniste Renaissance. Pour Georges Humard, directeur général de l’entreprise delémontaine, la réunion avec Marc Ferracci était l’occasion de lui présenter les préoccupations des responsables économiques de la région en lien avec l’avenir de la ligne Bienne - Belfort. L’homme qui préside également la Chambre de commerce et d’industrie du Jura souligne l’importance des voies de communication dans le développement d’une région comme le Jura. Georges Humard indique aussi que la suppression de la ligne ferroviaire directe va à l’encontre de la nécessité de reporter le trafic routier vers le rail.

Georges Humard : « On doit travailler en toute collaboration avec la France pour trouver des solutions »

A noter encore qu’un colloque transfrontalier sur l’avenir de la ligne ferroviaire Bienne – Belfort doit se tenir samedi. La rencontre réunira des élus de Suisse et de France. /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus