Un budget à l’équilibre, mais des mesures strictes à Delémont

Présenté mardi, le budget 2024 de la capitale jurassienne table sur un bénéfice de 27'640 francs ...
Un budget à l’équilibre, mais des mesures strictes à Delémont

Présenté mardi, le budget 2024 de la capitale jurassienne table sur un bénéfice de 27'640 francs. Le Conseil communal propose de ne pas octroyer de renchérissement au personnel et de geler les postes à repourvoir

Le renchérissement ne devrait notamment pas être octroyé en 2024 au personnel communal. (Photo : archives)  Le renchérissement ne devrait notamment pas être octroyé en 2024 au personnel communal. (Photo : archives) 

La ville de Delémont doit se serrer la ceinture pour améliorer sa situation financière. Le Conseil communal a présenté mardi matin un budget 2024 équilibré qui s’accompagne de plusieurs mesures « strictes ». L’exécutif table sur un bénéfice de 27'640 francs alors que la première mouture présentait une perte de 3,2 millions de francs. Pour parvenir à ce résultat, il propose de ne pas octroyer de renchérissement au personnel communal, pour une économie de 600'000 francs. Les annuités sont, par contre, maintenues. Un gel des postes à repourvoir est également sur la table ainsi qu’une incitation au temps partiel. « Il y a une limite légale qui est fixée en 2027 pour résorber notre dette. On ne pouvait pas ne pas agir », explique le vice-maire. Claude Schlüchter reconnait qu’il s’agit de coupes « drastiques et impopulaires ». Il souligne toutefois que l’exécutif n’a prévu aucune ponction salariale.

Claude Schlüchter : « C’est un budget de combat »

Par ailleurs, l’application des premières mesures proposées par le mandataire externe, couplées à celles recueillies à l’aide d’une boîte à idées au sein du personnel, devrait apporter un gain de 400'000 francs. Il s’agit de certaines prestations qui pourraient être adaptées ou supprimées. Le vice-maire donne l’exemple de la piscine couverte qu’il serait possible de fermer lorsque la piscine extérieure est ouverte. « On peut se poser la question. Car il faut être clair, cela coûte », ajoute Claude Schlüchter. Ce dernier précise toutefois que rien n’est décidé à l’heure actuelle. Le Conseil communal devra se déterminer sur les mesures qu’il souhaite appliquer.


Examiner les prestations

En ce qui concerne le gel des postes à repourvoir, Claude Schlüchter estime que cette volonté n’est pas contradictoire avec la dizaine de créations de postes de ces dernières années qui avaient beaucoup fait parler. Il s’agit, selon lui, de deux problématiques différentes. « Aujourd’hui, nous sommes obligés de regarder surtout vers les prestations que nous offrons à la population. Et c’est dans cette optique-là que les postes doivent être gelés », indique le vice-maire.

Claude Schlüchter : « Certains postes ne peuvent pas être gelés »

Des investissements priorisés

Le Conseil communal souligne qu’il s’est fixé comme objectif de ne pas modifier la quotité d’impôt, mais de procéder à une analyse scrupuleuse des charges et d’évaluer le coût réel des prestations de l’administration en vue d’augmenter les recettes. Une priorisation des investissements a également été effectuée. Un montant de 12,6 millions de francs est prévu pour 2024. Le réaménagement de la place Roland-Béguelin et de la SAFED figurent parmi les plus gros dossiers.

En matière de recettes fiscales, la bonne conjoncture économique permet à l’exécutif d’envisager des revenus supplémentaires de l’ordre de 550'000 francs. Enfin, l’exécutif estime essentiel de revoir la répartition des charges entre les communes et le canton, mais aussi entre la commune-centre qu’est Delémont et les communes avoisinantes. « Le système actuel n’est plus tenable. On ne peut pas continuer à offrir de nombreuses infrastructures sans pouvoir obtenir de la part des autres communes une certaine solidarité », conclut Claude Schlüchter.

Le Conseil de ville se prononcera sur ce budget 2024 lors de sa séance de lundi. /comm-alr


Actualisé le

 

Articles les plus lus