La gale serait de retour à la Résidence Beausite à Moutier

Une dizaine de résidents et de soignants ont été placés en isolement possiblement après avoir ...
La gale serait de retour à la Résidence Beausite à Moutier

Une dizaine de résidents et de soignants ont été placés en isolement possiblement après avoir contracté la gale, deux mois après la détection de premiers cas liés au parasite. Des analyses doivent confirmer qu’il s’agit bien de cette maladie infectieuse

De nouveaux cas de gale auraient été détectés au sein de la Résidence Beausite. De nouveaux cas de gale auraient été détectés au sein de la Résidence Beausite.

La gale semble tenace au sein de la Résidence Beausite à Moutier. Une dizaine de résidents et de membres du personnel soignant ont été placés en isolement, selon nos informations. De premiers cas de gale avaient été détectés début octobre au sein de l’EMS prévôtois. Contacté, l’Hôpital de Moutier confirme que des observations ont été faites sur la peau de plusieurs personnes. « Celles-ci se sont plaintes de démangeaisons », détaille le directeur médical du Réseau de l’Arc Alain Kenfak. « C’est assez commun, mais nous avons voulu prendre des précautions au vu du récent épisode. » Il n’est donc pas encore établi qu’il s’agit de la gale. Des analyses doivent être menées cette fin de semaine. « L’examen consiste à prélever de la peau et à l’analyser en laboratoire. Nous saurons alors si nous sommes en présence d’un parasite, gale ou autre, voire rien du tout », ajoute Alain Kenfak.

Traitement et désinfection

Dans l’attente du résultat des analyses, des traitements ont été administrés aux résidents et aux soignants qui présentent des symptômes. L’Hôpital de Moutier assure que tous les étages de l’EMS ont subi une désinfection antiparasitaire. En octobre dernier, Alain Kenfak avait rassuré les risques liés à la maladie : la gale est sans gravité réelle pour la santé humaine. Reste que si la présence de la maladie infectieuse est confirmée, il restera à savoir pourquoi et comment les parasites ont pu se répandre au sein de la Résidence Beausite. Le directeur médical précise qu'un diagnostique positif ne remettrait pas en question l'hygiène ou la qualité des soins dans l'établissement. « La gale n’est pas un parasite hospitalier. Elle vit sur la peau mais ne survivrait pas sur le sol. Comme tout le monde a été traité en octobre dernier, un retour de la maladie pourrait signifier qu’une personne l’a ramenée depuis l’extérieur. » Et de préciser que la gale, de par ses caractéristiques, se répand plus facilement dans les milieux communautaires. /oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus