Le Jura fixe les priorités de sa politique d’intégration des étrangers jusqu’en 2027

Avec son programme cantonal d’intégration 2024-2027, le Gouvernement jurassien veut poursuivre ...
Le Jura fixe les priorités de sa politique d’intégration des étrangers jusqu’en 2027

Avec son programme cantonal d’intégration 2024-2027, le Gouvernement jurassien veut poursuivre ses actions en la matière tout en développant certaines mesures

Dans le Jura, la politique d’intégration est mise en œuvre par le bureau cantonal de l’intégration des étrangers et de lutte contre le racisme. Dans le Jura, la politique d’intégration est mise en œuvre par le bureau cantonal de l’intégration des étrangers et de lutte contre le racisme.

Le canton du Jura définit sa politique d’intégration des étrangers pour les quatre prochaines années. Le Gouvernement jurassien et le Secrétariat d’Etat aux migrations ont signé la nouvelle convention-programme. Ils ont ainsi validé le programme d’intégration cantonal pour la période 2024-2027. La stratégie vise à mieux entendre et cibler les besoins de la population étrangère, écrit le canton ce jeudi matin dans un communiqué.


Consolider le travail déjà mené et apporter des développements

Le Gouvernement compte poursuivre les actions d’intégration menées ces dernières années. Il veut aussi développer certaines mesures dans trois domaines.

Le domaine « information, évaluation des besoins et conseil » est qualifié par le canton de « socle de base pour atteindre les personnes étrangères et en particulier celles qui viennent d’arriver dans le Jura ». Un processus en quatre étapes, proposé par le bureau cantonal de l'intégration des étrangers et de lutte contre le racisme, est prévu avec la transmission d’une brochure d’information et l’accès à un nouveau site internet dédié particulièrement aux migrants. Une séance d’information sera organisée et un accompagnement individuel ainsi qu’une permanence de médiateurs interculturels seront mis en place.

Concernant le domaine de la petite enfance, le canton veut améliorer les liens entre les familles étrangères et les institutions spécialisées. Il compte développer l’accès des parents et enfants aux offres de la petite enfance et mettre en réseau des partenaires actifs dans le domaine.

Nathalie Barthoulot : « Pour le domaine de la petite enfance, ça ne veut pas dire plus de places en crèches »

Dernière priorité ciblée, la lutte contre les discriminations à l’égard des étrangers. Pour les personnes qui en sont victimes ou témoins, un accès facilité à l’antenne de consultation est prévu. La lutte s’effectue aussi au sein de l’administration jurassienne. Des mesures seront prises « afin d’assurer que l’administration cantonale soit ouverte et non-discriminatoire », écrit le Gouvernement.

Pour réaliser toutes ces tâches, la collaboration avec les structures ordinaires et avec l'AJAM seront renforcées. /comm-nmy


Actualisé le

 

Actualités suivantes