Un film pour préserver la mémoire de la création du canton du Jura

Jacques Daucourt et Patrick Buchwalder travaillent sur un long-métrage historique intitulé ...
Un film pour préserver la mémoire de la création du canton du Jura

Jacques Daucourt et Patrick Buchwalder travaillent sur un long-métrage historique intitulé « Lutte et drames pour la Liberté ». Le projet relate les événements liés aux activités du Groupe Bélier entre sa création en 1962 et le plébiscite de 1974

Patrick Buchwalder, ancien activiste du Groupe Bélier (à gauche), et Jacques Daucourt, cinéaste amateur (à droite), co-réalisent le long-métrage « Lutte et drames pour la Liberté ». Patrick Buchwalder, ancien activiste du Groupe Bélier (à gauche), et Jacques Daucourt, cinéaste amateur (à droite), co-réalisent le long-métrage « Lutte et drames pour la Liberté ».

Sauvegarder la mémoire vivante et raconter l’histoire de la création du canton du Jura. Voici les motivations principales qui ont poussé Jacques Daucourt et Patrick Buchwalder à co-réaliser un long-métrage. Intitulé « Lutte et drames pour la liberté », le film raconte les événements liés aux activités du Groupe Bélier, de sa création en 1962 au plébiscite d’autodétermination de 1974. Patrick Buchwalder, ancien activiste, a lui-même pris part à de nombreuses actions du Groupe Bélier. Les spectateurs pourront découvrir une quinzaine d’interviews inédites de témoins de l’époque, étoffées et entrecoupées d’images d’archives, dont certaines sont également inédites. Il tenait également à cœur aux co-réalisateurs de revenir sur deux épisodes tragiques de cette période, à savoir la mort de Maurice Wicht et l’accident d’André Bélet à Courtemaîche.

Patrick Buchwalder : « Toutes les actions seront répertoriées, filmées et expliquées »

Un des objectifs de « Lutte et drames pour la liberté » est de saisir l’opportunité de préserver la mémoire vivante de personnes ayant vécu voire participé à la lutte pour la liberté du canton du Jura. Le long-métrage entend aussi « raviver tous ces souvenirs » et « expliquer à la jeunesse jurassienne comment ce canton a été créé ». Selon Patrick Buchwalder, « au niveau scolaire ou dans les familles, on ne parle plus de la question jurassienne (…) le but, ensuite, c’est qu’il soit diffusé dans les milieux scolaires ».

Patrick Buchwalder : « On voit que cette mémoire vivante disparait petit à petit »

Un départ modeste

Jacques Daucourt a réalisé plusieurs films dans sa carrière de « réalisateur amateur » pour reprendre sa propre formule. Passionné de cinéma depuis l’adolescence, le co-réalisateur a été membre du Caméra Club Jura pendant près de 35 ans et même président de cette association de 2017 à 2021. Le projet de long-métrage, présenté ce jeudi à Porrentruy, est d’abord parti d’un service rendu à un brocanteur. « J’ai été contacté par Didier Oeuvray qui a découvert des films super 8 chez un habitant de Boncourt. Il m’a demandé de les scanner. Dans ce lot de films, il y avait deux films tournés le 23 juin 1974 (…) et l’enterrement de Maurice Wicht. (…) je me suis dit : on va faire un petit documentaire d’une dizaine de minutes. Et ce documentaire s’est transformé ». C’est en échangeant avec Patrick Buchwalder que le projet a pris plus d’ampleur.

Jacques Daucourt : « On a raconté l’histoire du Groupe Bélier, des différentes actions qui ont eu lieu surtout en juin 1974 »

Le long-métrage « Lutte et drames pour la Liberté » devrait durer entre 80 et 90 minutes au terme de sa réalisation. Quelques extraits pourraient être diffusés dans le cadre des festivités liées au 50e anniversaire du plébiscite d’autodétermination. Le film dans son intégralité sortira cet automne. /jad


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus