Faut voir avec le maire : Boncourt

Lionel Maitre était l’invité de notre chronique du mardi matin. Il est revenu sur les impacts ...
Faut voir avec le maire : Boncourt

Lionel Maitre était l’invité de notre chronique du mardi matin. Il est revenu sur les impacts du départ de l’entreprise BAT et l’absence actuelle de repreneurs de ses locaux

Lionel Maitre devant la cabane canadienne du Mont-Renaud. (Photo : Lionel Maitre) Lionel Maitre devant la cabane canadienne du Mont-Renaud. (Photo : Lionel Maitre)

Après le séisme, place à l’adaptation à Boncourt. Le départ de l’entreprise British American Tobacco a été un véritable coup de massue. L’annonce de BAT qui déploie encore quelques activités dans le village ajoulot a quelque peu atténué le choc. Reste que le budget communal se trouve amputé de plusieurs centaines de milliers de francs. Il a donc fallu adapter la planification financière et revoir les soutiens octroyés aux sociétés. Toutefois, aucun projet n’a été avorté, selon le maire du village Lionel Maitre qui était l’invité de la chronique Faut voir avec le maire, mardi matin, dans La Matinale.

« Le maire se présente » et « J’aime ma commune »

Maire du village depuis sept ans, l’homme de 38 ans est très actif en politique. Il savoure ses engagements, lui qui apprécie la pluralité de ses mandats. Lionel Maitre apprécie la vie à Boncourt, commune qui dispose de plusieurs services. Selon lui, la proximité avec la France est à voir davantage comme un privilège que comme un problème. Il se félicite aussi de disposer d’une commune qui vit avec de nombreuses sociétés et une grande activité économique. Malgré le départ de BAT, il y a aujourd’hui 1'500 emplois à Boncourt, soit davantage que la population résidente du village.

« L’objectif de législature »

La grande priorité de Lionel Maitre, c’est donc de se remettre aussi bien que possible du départ de BAT. Au-delà de l’aspect financier, il y a l’aspect pratique. Les anciens locaux de l’entreprise, qui se trouvent au cœur du village, sont vides. Et trouver un repreneur n’est pas aisé : « La dernière entreprise intéressée a abandonné son projet », souligne le maire, qui insiste sur la vétusté de cette friche. Lionel Maitre souligne que BAT remet au goût du jour le site en faisant des réparations et en le nettoyant. Mais le maire souhaiterait que l’entreprise s’engage à une déconstruction partielle. Ces espoirs ne sont pas utopiques, selon Lionel Maitre. /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus