« Encore beaucoup à faire » concernant les élections en Turquie, selon David Eray

Le ministre jurassien qui dirigeait une mission d’observation du Conseil de l’Europe en Turquie ...
« Encore beaucoup à faire » concernant les élections en Turquie, selon David Eray

Le ministre jurassien qui dirigeait une mission d’observation du Conseil de l’Europe en Turquie lors des élections municipales de dimanche tire un premier bilan

Le ministre jurassien David Eray (au centre de la photo) a dirigé une mission du Conseil de l'Europe sur les élections municipales en Turquie. Le ministre jurassien David Eray (au centre de la photo) a dirigé une mission du Conseil de l'Europe sur les élections municipales en Turquie.

Une mission d'observation électorale du Conseil de l'Europe a suivi les procédures dans plus de 140 bureaux de vote lors des élections municipales de dimanche en Turquie. Le ministre jurassien David Eray - qui a dirigé la mission - a tiré lundi à Ankara un bilan préliminaire de ces élections municipales. Il a présenté ce travail mercredi, dans La Matinale. La journée des élections a été globalement calme et organisée de manière professionnelle, avec un taux de participation élevé d'environ 78,5 %, ce qui témoigne d'un engagement fort des citoyens en faveur de la démocratie représentative locale, constate David Eray dans un communiqué. Bien que dans l'ensemble transparentes, les procédures de comptage étaient, dans certains cas, précipitées et ne s'appliquaient pas de manière homogène. Ceci en raison de la concordance avec la rupture du jeûne, puisque les élections ont eu lieu pendant le mois du Ramadan, poursuit l'élu franc-montagnard.


Encore beaucoup à faire

Conformément aux principes du Conseil de l'Europe relatifs à la démocratie, à l'Etat de droit et aux droits de l'homme, « il reste encore beaucoup à faire pour garantir un environnement politique et médiatique où il existe une véritable liberté d'expression et un cadre raisonnable et bien mis en œuvre, supervisé par un système judiciaire indépendant», ajoute David Eray. Ce dernier donne par l'exemple l'exemple de la campagne, dont le financement n'est régi par aucune règle. Par ailleurs, le Taignon indique que « le parti qui préside le pays (ndlr : l'AKP) est omniprésent dans les médias, alors que les autres n’existent quasiment pas ».

La commission souhaite tout de même conclure sur une note positive : ces élections locales et régionales ont démontré la possibilité d'une alternance entre les élections politiques. En juillet, la commission examinera un rapport préliminaire et des recommandations à l'intention des autorités turques. /ats-fco-mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus