Faible activité des téléskis de la région cette saison

Les installations des Breuleux et des Genevez n’ont pas beaucoup tourné cet hiver en raison ...
Faible activité des téléskis de la région cette saison

Les installations des Breuleux et des Genevez n’ont pas beaucoup tourné cet hiver en raison du faible enneigement. Les sociétés restent saines financièrement, mais se posent des questions pour l’avenir

Les amateurs de glisse n'ont pas eu beaucoup l'occasion de profiter du téléski des Breuleux cet hiver. (Photo: archives) Les amateurs de glisse n'ont pas eu beaucoup l'occasion de profiter du téléski des Breuleux cet hiver. (Photo: archives)

L’or blanc a fait défaut aux téléskis de la région. La saison hivernale s’achève sur de maigres recettes pour les installations des Breuleux et des Genevez en raison du faible enneigement. Elle se solde avec un jour et demi d’activité pour les deux téléskis, alors que le babylift et le télébob des Breuleux ont été ouverts sept jours, contre quatre et demi pour le babylift des Genevez. Une situation qui laisse planer l’incertitude sur l’avenir, comme pour les autres stations de moyenne montagne.

« La saison n’a pas été très bonne. Elle est dans la lignée de la précédente et il ne faudrait pas qu’il y en ait encore trois pareilles. Je m’attends à un déficit au moment du bouclement des comptes fin juin, même si la société est saine pour le moment. Nous avons eu des rentrées grâce au souper de soutien et à celui de clôture, ainsi qu’avec ce que nous donne la commune et les locations de la buvette, mais nous avons pour environ 30'000 francs de frais fixes », explique le président de la société du Téléski Les Breuleux SA Clément Adam. Il espère que l’hiver écoulé était exceptionnel, avec quasiment pas de neige en moyenne montagne, alors qu’il avait neigé l’hiver d’avant, mais que la pluie avait joué les trouble-fêtes. 


Aussi compliqué pour Les Genevez

Du côté des Genevez, le bilan est logiquement aussi très mitigé. « C’était bien parti avec une ouverture début décembre, mais c’est vite retombé. Nous espérions pouvoir ouvrir davantage en janvier et février. J’espère que le résultat financier sera à l’équilibre, grâce à notre fête du 1er août, la soirée raclette, nos sponsors et les locations de la buvette. Nous avons 5 à 6'000 francs de charges fixes à couvrir avec l’électricité, les émoluments pour les autorisations d’exploiter les installations et la buvette, ainsi que les assurances. Mais le but premier reste l’exploitation du téléski et nous devrons peut-être innover à l’avenir », explique la présidente de la société coopérative du Téléski Les Genevez Anne Rebetez. Des réflexions devraient, en effet, être menées pour envisager d’autres moyens de pérenniser les deux téléskis, en sachant toutefois que les pistes sont des pâturages dédiés au bétail en été et que les installations des Breuleux se trouvent en partie sur le canton de Berne.

Au niveau des bonnes nouvelles, les téléskis des Breuleux et des Genevez n’ont pas d’investissements importants à prévoir à court terme. Et la saison prochaine est assurée, puisqu’ils remplissent tous les deux les normes des Remontées Mécaniques Suisses qui fixent des directives. /emu


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus