Le Jura compte sur son plan climat

Au lendemain de l’arrêt de la CEDH condamnant la Suisse pour son inaction climatique, les Verts ...
Le Jura compte sur son plan climat

Au lendemain de l’arrêt de la CEDH condamnant la Suisse pour son inaction climatique, les Verts jurassiens estiment que le plan climat est un bon outil de progrès tandis que l’UDC se dit timidement prête à faire des efforts tout en rejetant l’autorité des juges de Strasbourg

Le plan climat, à la lumière de la décision de la CEDH, devrait animer les débat de la classe politique jurassienne. (Photo : Georges Henz). Le plan climat, à la lumière de la décision de la CEDH, devrait animer les débat de la classe politique jurassienne. (Photo : Georges Henz).

La Suisse s'interroge au lendemain de sa condamnation par la Cour européenne des droits de l'homme pour son « inaction climatique ». Que faudra-t-il faire de plus, quels nouveaux objectifs fixer, quels moyens y consacrer ? Hasard du calendrier, la mise en œuvre du plan climat jurassien présenté l’automne dernier par le Gouvernement est actuellement discutée. Un outil qui contient plus d’une centaine de mesures et qui semble tomber à pic pour faire figure de bon élève en matière de bonne volonté climatique. 


« On manque malheureusement de moyens »

« C’est un bon outil à faire fructifier, un bon climat, mais nous savons malheureusement que nous manquons de moyens à terme pour le réaliser. En tant que députée et membre de la Commission de gestion et des finances, je vois bien que c’est tout à fait kafkaïen vu que les moyens manquent pour assurer le fonctionnement de l’État. Forcément, ces impératifs climatiques passent souvent au second plan », commente la co-présidente des Verts jurassiens, Céline Robert Charrue Linder. L’élue delémontaine espère surtout que cette décision de la CEDH, appelée à faire jurisprudence en Europe, entraînera pour de bon une « prise de conscience de l’ensemble de la classe politique » jurassienne sur la question environnementale et climatique.

Céline Robert Charrue Linder : « Si on pouvait, dans le Jura, être pionnier d'un éveil politique... »

Une préoccupation nettement moins partagée par l’UDC Jura qui s’aligne sur la position de l’UDC Suisse. « Une fois de plus, la CEDH bafoue la souveraineté nationale et des juges étrangers viennent imposer, à nous une démocratie directe, leur version politique. Mais ce n’est pas à l’Union européenne (NDLR la CEDH est un organe du Conseil de l’Europe dont la Suisse est membre, et non pas de l’UE), aux juges de Strasbourg, de faire nos lois en Suisse », réagit Alain Koller, député et président de l’UDC Jura. L’élu de Bourrignon concède que sa formation « peut essayer de faire des efforts » dans sa participation au plan climat, « mais pas sur le dos du contribuable, on se battra donc pour que ce soit fait sans aucune taxe supplémentaire ».

Alain Koller : « Un effort oui, mais pas sur le dos des contribuables »

Au sein du Département de l’Environnement de l'État jurassien, on estime que la décision de la CEDH pourrait avoir des conséquences cantonales lorsque le Conseil fédéral reverra ses objectifs. « La Confédération devra redéfinir des objectifs et les mesures qui devront être renforcées ou initiées. Cela touchera sans doute notre plan climat qui devra alors être adapté en conséquence », avance Quentin Theiler, responsable du domaine installation et activité humaine au sein du Département de l’Environnement. Afin de faciliter le financement de certaines mesures, l’État reste à la recherche de « financements extérieurs ». Au vu des finances cantonales, beaucoup espèrent aussi que la Confédération fournira, avec les objectifs qu’elle fixera, les subventions adéquates. /jpi

Quentin Theiler : « La décision de la CEDH touchera probablement le plan climat du Jura »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus