Un nouveau centre de soins palliatifs à Corgémont

Le projet pilote de structure non hospitalière avec mission de soins palliatifs baptisé La ...
Un nouveau centre de soins palliatifs à Corgémont

Le projet pilote de structure non hospitalière avec mission de soins palliatifs baptisé La Passerelle souhaite répondre à un réel besoin dans la région

Genghis Gossin, exécutant et futur vice-directeur pour le projet La Passerelle l’assure, cette nouvelle offre va casser les codes hospitaliers avec une approche plus hôtelière. Genghis Gossin, exécutant et futur vice-directeur pour le projet La Passerelle l’assure, cette nouvelle offre va casser les codes hospitaliers avec une approche plus hôtelière.

Dès 2026, une nouvelle structure de soins s’installera à Corgémont. Baptisé « La Passerelle », le centre, présenté vendredi aux médias comme étant une structure non hospitalière avec mission de soins palliatifs. Outre l’aspect d’accompagnement, le centre se veut aussi être un moyen de casser les codes hospitaliers avec une approche plus hôtelière.


Un cruel manque dans la région

Si cette nouvelle offre a été imaginée, c’est avant tout pour répondre à un besoin. Dans la région, niveau soins palliatifs, il existe la Fondation La Chrysalide à La Chaux-de-Fonds et quelques lits à l’hôpital de Porrentruy. Bien trop peu pour notre région. « On note malheureusement une inquiétante évolution des maladies chroniques évolutives, il y a des gens qui ne peuvent tout simplement plus rentrer à la maison et nous sommes convaincus que l’hôpital ne doit pas être le dernier lieu de vie des personnes », explique Genghis Gossin, exécutant du projet et futur vice-directeur du centre.

Genghis Gossin : « L’hôpital est là pour soigner les gens, on ne devrait pas y finir sa vie »

L’accent sur le confort

Le nouveau bâtiment sera construit derrière le home Les Bouleaux de Corgémont, afin de profiter de synergies évidentes avec ce dernier telles que la cuisine ou encore la blanchisserie. Au total dix lits seront mis à disposition des patients, tous dans des chambres individuelles de 18 mètres carrés avec salle de bain privative et terrasse. Des canapés-lits seront également installés pour y accueillir les proches qui souhaitent rester dormir près des patients. « L’idée est de casser les codes hospitaliers en adoptant une approche plus hôtelière, avec des infirmières et des médecins spécialisés en soins palliatifs, des professionnels qui seront au service des patients 24 heures sur 24h, sept jours sur sept », souligne encore Genghis Gossin. En clair, un environnement confortable et rassurant où finir sa vie paisiblement.

Genghis Gossin : « Nous souhaitons être un centre de compétence »

Soutien du canton et des institutions

Preuve que la démarche répond à un manque, le Canton de Berne et les acteurs régionaux de la santé approuvent et soutiennent l’initiative. Le conseiller d’Etat Pierre Alain Schnegg ainsi que les dirigeants des hôpitaux du Jura, du Jura bernois, de Bienne, ainsi que les soins palliatifs mobiles étaient d’ailleurs présents, vendredi, au home Les Bouleaux à Corgémont, lors de présentation du projet. Le directeur de la santé du Canton de Berne avoue d’ailleurs garder un œil attentif sur cette initiative. « Il est clair que selon les résultats, ce projet pilote pourra également être développé dans d’autres régions du canton », affirme-t-il. Au-delà de combler un manque, ce pourrait peut-être également être l’occasion de réaliser quelques économies. « Il est certain que de pouvoir prendre en charge des patients dans un telle structure sans avoir besoin de les placer dans un hôpital, où les coûts sont encore plus élevés, permettra peut-être aussi de rester dans des niveaux cohérents au niveau des coûts », conclut le magistrat.

Pierre Alain Schnegg : « Dans la santé, l'offre génère toujours des coûts »

Concernant le financement du projet, ses coûts de fonctionnement, ses tarifs ou la hauteur de la subvention du Canton de Berne, aucun chiffre n’a pour l’heure encore été articulé. Les travaux de construction pourraient commencer à l’automne et la nouvelle structure devrait être opérationnelle dès 2026. /rme


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus