Une marque de culotte menstruelle jurassienne sur le devant de la scène

Après deux ans d’existence, Moona a attiré déjà plus de 20'000 clients dans l’ensemble de la ...
Une marque de culotte menstruelle jurassienne sur le devant de la scène

Après deux ans d’existence, Moona a attiré déjà plus de 20'000 clients dans l’ensemble de la Suisse. La société jurassienne fait partie des acteurs principaux du marché, selon ses co-fondateurs

Florent De Sousa et Alexandra Déboeuf voient leur société grandir. Florent De Sousa et Alexandra Déboeuf voient leur société grandir.

La marque de culotte menstruelle jurassienne Moona a le vent en poupe. La société est née il y a un peu moins de deux ans maintenant et occupe déjà une part du marché importante en Suisse : elle possède près de 20'000 clients. Après avoir commencé l’aventure dans leur chambre, avant d’acheter des locaux à Delémont, Alexandra Déboeuf et Florent De Sousa vont à présent sous-traiter leur logistique pour pouvoir se concentrer sur le développement de leur marque.

Alexandra Déboeuf : « On est principalement en Suisse romande »

Un développement important

« C’est vrai que tout s’est passé très vite. On a eu beaucoup de soutien de la part des Jurassiens et ça a vraiment été un tremplin pour nous », explique Alexandra Déboeuf. Un développement qui pousse le jeune couple à se réinventer. Moona propose actuellement quatre modèles de culottes menstruelles. Un boxer et un string sont en cours de conception. Une innovation nécessaire face à une concurrence accrue. « C’est un marché qui est allé extrêmement vite. Les gros sont devenus toujours plus gros et on a vu beaucoup de petits disparaître. Le e-commerce est arrivé en force. Nous, on s’est bien imposé en Suisse romande, mais on veut se développer en Suisse allemande à présent », raconte Florent De Sousa. Le co-fondateur parle de sa marque comme l’un des « acteurs principaux » du marché national, mais il ne minimise pas la concurrence, au contraire. « Nos principaux concurrents viennent de l’étranger, principalement de France et d’Allemagne », explique-t-il. Toutefois, cette concurrence n’effraie pas le jeune couple qui veut voir toujours plus grand. /lge

Florent De Sousa : « On a pu se faire notre place »


Actualisé le

 

Actualités suivantes