L’Euro de football s’invite dans les assiettes du Centre de l’enfance à Moutier

S’inspirer des matchs de l’Euro pour élaborer des recettes, c’est le concept élaboré dans les ...
L’Euro de football s’invite dans les assiettes du Centre de l’enfance à Moutier

S’inspirer des matchs de l’Euro pour élaborer des recettes, c’est le concept élaboré dans les cuisines du Centre de l’enfance à Moutier. Environ 170 enfants goûtent chaque jour à ces saveurs venues d’ailleurs.

Depuis le 14 juin dernier, date du début de la compétition de football, Thierry Charmillot (à droite) et Nicolas Maître, les 2 cuisiniers du CDE à Moutier, s’amusent à élaborer des recettes inspirées par les affiches des matchs de l’Euro. Depuis le 14 juin dernier, date du début de la compétition de football, Thierry Charmillot (à droite) et Nicolas Maître, les 2 cuisiniers du CDE à Moutier, s’amusent à élaborer des recettes inspirées par les affiches des matchs de l’Euro.

Le Centre de l’enfance (CDE) de Moutier déguste les saveurs de l’Euro. Depuis une semaine, Thierry Charmillot et Nicolas Maître, les 2 cuisiniers du CDE, s’inspirent quotidiennement des affiches des matchs de l’Euro pour élaborer leurs recettes. 170 enfants de tous âges, profitent de ce service de repas. Ils peuvent goûter à différentes saveurs et spécialités venues d’ailleurs, qu’elles soient portugaises, anglaises, belges, italiennes, hollandaises ou même serbes.


Currywurst et Waterzooï

« Je suis un fou de foot », annonce d’entrée Nicolas Maître, un des deux cuisiniers du Centre de l’enfance à Moutier. Pas besoin d’aller chercher plus loin pour comprendre d’où lui est venue cette idée pour le moins originale. « J’ai proposé le concept à mon chef Thierry et il a tout de suite été partant », détaille encore le prévôtois. Depuis le 14 juin dernier, date à laquelle l’Euro 2024 a démarré, les deux cuistots ont déjà pu proposer aux enfants des currywurst allemandes, des dos de cabillaud portugais, du welsh rarebit anglais, des lasagnes italiennes, des pide serbes, de la potée hollandaise ou encore du waterzoï belge. « C’est important de diversifier un maximum mais aussi de trouver ce que les enfants aiment parce que ce n’est pas toujours évident, une choucroute ça passera moins bien qu’un hamburger », relève Thierry Charmillot, chef de cuisine au Centre de l’enfance à Moutier. Outre la variété, le challenge réside aussi dans l’art de trouver les recettes et les ingrédients. « Pour certains pays comme l’Italie, c’est facile mais pour d’autres c’est plus compliqué donc on demande aux parents ou aux éducateurs s’ils ont des idées et surtout si c’est réalisable pour 170 enfants », explique encore Nicolas Maître.


Diversité toute l’année

Au-delà du côté ludique et sympathique, l’objectif est bien évidemment aussi de faire découvrir aux enfants des saveurs et des spécialités d’ailleurs. Du reste, les deux cuisiniers du CDE prévôtois n’ont pas attendu l’Euro 2024 pour proposer quelques fantaisies culinaires à leurs pensionnaires. « On organise régulièrement des semaines thématiques comme celle des pays, celle des couleurs ou alors on cuisine un légume particulier sur toute une semaine, comme la citrouille », indique Thierry Charmillot. « On veille tout de même à garder le même fil rouge sur une semaine, à savoir deux repas avec viande, deux sans viande et une fois du poisson », ajoute-il.


Une finale sans repas

Puisqu’on parle football, on ne résiste pas à l’envie de demander un petit pronostique à nos deux cuistots. Quelle équipe remportera l’Euro 2024 selon eux ? Pour Nicolas Maître, le champion sera plutôt hollandais, anglais, français ou espagnol. Thierry Charmillot, quant à lui, mise plutôt sur l’Allemagne ou l’Italie. Une chose est certaine, c’est qu’il n’y aura pas de menu spécial pour la finale de la compétition, le 14 juillet prochain, puisque le Centre de l’enfance de Moutier sera fermé. « On sera en vacances donc ce sera fondue pour tout le monde », conclut Nicolas Maître, un sourire en coin.

Ecoutez le reportage réalisé jeudi dans les cuisines du Centre de l’enfance à Moutier, lors de la préparation d’un welsh rarebit, sorte de croûte au fromage typiquement anglaise. /rme

Nicolas Maître : « Le menu portugais, c’était pas mal, surtout le goûter. »


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus