Volé et voleur trouvent un accord

Une affaire de vol se règle à l’amiable. L’ancien employé d’un magasin d’aéromodélisme a comparu vendredi matin devant le Tribunal de première instance de Porrentruy. Il était soupçonné d’avoir détourné au moins 50'000 francs en abusant de la confiance de son employeur. Les deux parties sont parvenues à un accord, malgré deux visions bien différentes des faits.

 

Compte-rendu d’audience

Le plaignant estime les dommages bien plus importants. Il accuse son ancien employé d’avoir vendu en 2007 principalement des avions à moitié prix en empochant le montant de la vente. Il les aurait de plus construits sur son temps de travail et avec le matériel du magasin. Le propriétaire pense avoir perdu 359'000 francs, ce que l’expert n’a pas été en mesure de prouver.

L’accusé rétorque que son ex-patron exagère. Il reconnaît avoir produit de fausses factures, mais ses clients payaient le matériel. Il évalue le détournement à 20 ou 30'000 francs.

Le plaignant accepte au final, par crainte de ne rien obtenir, la convention proposée par le Juge Lachat. Le prévenu lui versera 35'000 francs en tranches de 500 francs par mois. Dans le cas d’un retard de deux acomptes, 55'000 francs seront exigibles immédiatement. Le juge reconnaît par ailleurs l’accusé coupable de vol et abus de confiance et le soumet à 5 ans de sursis. Période durant laquelle le non-respect de la convention ou un autre délit occasionneraient 180 jours-amendes à 60 francs. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus