Val Terbi et Haute-Sorne à l'heure du toilettage

Les deux nouvelles communes de Val Terbi et de Haute-Sorne vont procéder à la révision de leur ...
Val Terbi et Haute-Sorne à l'heure du toilettage

Haute-Sorne La Haute-Sorne vue depuis Séprais

Les deux nouvelles communes de Val Terbi et de Haute-Sorne vont procéder à la révision de leur convention de fusion, en fonction des résultats du 5 février.  Un travail d’organisation conséquent attend les deux entités. De premières réflexions sont en cours dans les deux régions.

 

Redimensionner les autorités

Dans le Val Terbi, les Conseils communaux concernés par la fusion, à savoir ceux de Vicques, Vermes et Montsevelier, ont la compétence de revisiter la convention. Il y a pas mal de points de détails à régler, selon la présidente du comité de fusion, Suzanne Maître-Schindelholz. Le nombre de conseillers communaux sera revu, et peut-être celui des conseillers généraux, qui était prévu à 29. Au niveau de l’administration, du personnel sera engagé pour la voirie. Les autres employés seront rencontrés et les tâches de chacun définies. " A mon avis personnel, il faut garder une administration centralisée, mais cette question est aussi à discuter " , indique Suzanne Maître-Schindelholz.

 

La Haute-Sorne est coincée

Le président du comité de fusion de la Haute-Sorne, Jean-Luc Portmann, se sent davantage coincé, vu les derniers développements à Saulcy où un nouveau vote pourrait avoir lieu. Mais pour l’heure, tous les scénarios sont faits sans cette commune. Le comité de fusion s’est déjà réuni pour faire l’inventaire des éléments à mettre en place d’ici au 1er janvier. Au niveau du Conseil communal, le nombre de huit élus est en discussion. Il pourrait passer à six. Au niveau du futur Conseil général de Haute-Sorne, le débat a également cours sur le nombre de membres. Trois variantes sont proposées : 41 conseillers généraux comme le prévoyaient la convention, 35, ou 33 sans les huit élus qui étaient prévus pour Boécourt et Saulcy. La localisation précise de l’administration est aussi en négociation entre la commune de Bassecourt et le canton, sachant que l’évolution du dossier de l’EFEJ sera déterminante en la matière. Les exécutifs devront aussi s’entendre sur l’avenir des syndicats actuels dans la Haute-Sorne, notamment la ZAM. Les règlements devront être modifiés. /lba


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus