Chiffres noirs mais avenir incertain

Un bénéfice qui n’efface pas les inquiétudes quant à l’avenir financier du Jura. L’exercice ...
Chiffres noirs mais avenir incertain

L'argent viendra-t-il à manquer ces prochaines années? L'argent viendra-t-il à manquer ces prochaines années?

Un bénéfice qui n’efface pas les inquiétudes quant à l’avenir financier du Jura. L’exercice 2011 du canton boucle sur un gain comptable de 784'000 francs, contre les 5,5 millions inscrits au budget. C’est la cinquième fois consécutive qu’une année se termine dans les chiffres noirs. «Des comptes qui incitent à la retenue», a considéré le ministre des Finances Charles Juillard, qui a présenté ces résultats mercredi matin.

L’écart entre le budget et les comptes 2011 s’explique notamment par le remboursement anticipé d’un emprunt pour un montant de 2,2 millions de francs. Toutefois, l’évolution des charges est supérieure à celle des revenus. Les domaines de la santé, de la formation et du social pèsent tout particulièrement sur le ménage cantonal.

Impôts en hausse

Les rentrées fiscales s’inscrivent en progression vis-à-vis de l’année 2010. Les impôts ont rapporté quelque 290 millions de francs dans les caisses jurassiennes. Les personnes physiques ont déboursé moins que les montants prévus au budget. Les entreprises, en revanche, ont repris du poil de la bête et donc payé davantage d’impôts l’année dernière. Un fait préoccupant à relever: le canton du Jura voit son indépendance vis-à-vis de la Confédération s’accroître. «D’une année à l’autre, les sommes perçues via la RPT peuvent varier de dix millions sans qu’on y puisse strictement rien», s’inquiète Charles Juillard.

Les investissements se situent à un niveau très élevé. Le canton a injecté dans l’économie jurassienne plus de 200 millions de francs en 2011. Le taux d’autofinancement atteint 85% et la dette brute  continue donc de se creuser pour atteindre 278 millions de francs.

«Nous ne sommes pas la Grèce de Suisse romande»

Charles Juillard reste serein: «Nous ne sommes pas la Grèce de Suisse romande», a-t-il affirmé. Le Gouvernement jurassien pourrait toutefois décider de rogner dans certaines prestations afin d’éviter un surendettement. La réforme fiscale devra attendre. Le ministre des Finances a assuré que le paquet de mesures ne dort pas au fond d’un tiroir mais que ses effets risquent d’être étalés sur plusieurs années. /fra


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus