Les Gens du voyage en attente

Romanichels à Bassecourt

La place de stationnement des caravanes des Gens du voyage à Bassecourt aurait dû fermer fin juin pour construire une aire de repos à la place. Les Ponts et Chaussées sont en attente du traitement du dépôt public. Les travaux ne devraient donc pas être entamés avant l’année prochaine. Les Rom peuvent donc rester pour l’instant à cet endroit. Le Canton du Jura est cependant toujours à la recherche d’un nouvel emplacement.

 

Différentes alternatives

Aucune solution concrète n’a pour l’instant été trouvée. Les autorités sont toujours à la recherche de deux emplacements : l’un pour les Gens du voyage suisse et l’autre pour les étrangers.

Selon Raphael Schneider, chef du Service des communes, plusieurs parcelles de terrain ont été évaluées. Trois d’entre elles seraient aujourd’hui potentiellement intéressantes. L’objectif est de définir un endroit qui soit à la fois viable économiquement pour l’Etat et qui engendre le moins de conflits possibles entre les différents acteurs.

Une des options serait d’utiliser un terrain entre Boécourt et Bassecourt qui appartient aux Ponts et Chaussées, et qui est en même temps une zone de compensation écologique de l’A16. Reste que cette zone devra être cédée, et compensée. Raphael Schneider n’a pas encore de nouvelles, mais il a bon espoir que cette solution aboutisse.

Autre option envisagée : installer durablement les Gens du voyage suisse au camping de Courgenay. L’idée serait de développer un partenariat avec le futur repreneur du camping, de louer par exemple une partie du terrain. Pour les Gens du voyage étrangers, une autre option est examinée en Ajoie.

 

Une décision qui tarde

Au final, le Gouvernement doit maintenant prendre position sur l’une ou l’autre des propositions. Un ou deux terrains seront retenus et les autorités communales concernées seront approchées pour en parler. Les discussions devraient aboutir cet automne.

Ces six mois d’attente, voire plus, provoquent des émules du côté de la commune de Bassecourt. La maire du village, Françoise Cattin, se dit très déçue de l’évolution de la situation. Elle a l’impression que les autorités communale sont menées en bateau. /jsr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus