Les jeunes ont trouvé leur chemin

C’est le début d’une nouvelle ère pour les jeunes qui ont terminé leur scolarité obligatoire ...
Les jeunes ont trouvé leur chemin

Les jeunes jurassiens sont peu nombreux à ne pas avoir de projet à la sortie de l'école obligatoire Les jeunes jurassiens sont peu nombreux à ne pas avoir de projet à la sortie de l'école obligatoire

C’est le début d’une nouvelle ère pour les jeunes qui ont terminé leur scolarité obligatoire. Bon nombre d’entre eux ont trouvé leur voie. C’est la principale conclusion d’une enquête réalisée fin juin et menée par le Centre d’orientation scolaire et professionnelle et de psychologie scolaire.

La plupart des jeunes jurassiens suivent une formation professionnelle en école de métier ou dans le cadre d’une entreprise. Un tiers va dans des écoles de formation générale, lycée ou école de culture générale et environ 20% optent pour une solution transitoire ou une 10e année.

Trouver un apprentissage constitue une étape difficile qui se prépare bien à l’avance. Selon les résultats de l’enquête une très grande majorité des écoliers a trouvé une place d’apprentissage. Paradoxalement à la conjoncture économique actuelle, l’offre au niveau des entreprises est supérieure à la demande d’apprentissage, dans certains métiers technique par exemple. Il existe donc un potentiel à combler.

L’inquiétude est plus grande pour les jeunes scolairement plus faibles. Ils rencontrent plus de difficultés à trouver un apprentissage parce qu’ils n’ont pas le profil ou le bagage scolaire suffisant pour convaincre l’entreprise de les engager.

Selon Olivier Tschopp, responsable du service de la formation des niveaux du secondaire 2 et tertiaire pour le canton du Jura, « l’évolution sur 10 ans est relativement stable. Le nombre de jeunes en panne de formation, en attente ou sans projet est faible. Il se situe à environ 1% cette année. Malheureusement les jeunes en situation de trouver une dixième année ou une solution transitoire est stable, entre 20 et 25%. On espérait que ce chiffre diminue ».

Enfin le nombre de jeunes qui suivent une formation tertiaire, université, HES, école supérieure ou école polytechnique fédérale est en hausse. Cette tendance devrait se renforcer selon Olivier Tschopp. « L’élévation du niveau de qualification va être valorisé ces prochaines années. Pour la plupart, ces jeunes poursuivent leurs études dans des universités de proximité, telles Neuchâtel et Lausanne. Il y a également une bonne cohorte de jurassiens qui vont à l’EPFL ». /jpp

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus