Apprendre à conduire, un luxe ?

La problématique financière du permis de conduire fait débat. La section jurassienne du Touring Club Suisse a mis en évidence dans son bulletin du mois d’août un manque d’intérêt croissant chez les 18-24 ans pour l’apprentissage de la conduite automobile. En cause : les coûts toujours plus importants. Dans le canton du Jura et selon les statistiques de l’office des véhicules, il n’y a pas de baisse significative de demande à l’obtention du permis provisoire.

Didier Receveur, résidant de Courgenay, est professeur de conduite depuis plus de 12 ans. Il a le sentiment qu’il existe un manque d’intérêt. « Peut-être que c’est lié au nombre important de moniteurs qui pratiquent la profession et qui donnent l’impression qu’il y a moins d’élèves, mais peut-être que cela s’explique aussi par les prix pratiqués. Le coût du permis de conduire varie bien évidemment selon la personne, mais de manière légitime il faut tabler sur 15 leçons au minimum ». Il relève néanmoins que les prix en vigueur dans le Jura sont peut-être exagérés à certains endroits, notamment dans la vallée de Delémont. Certains moniteurs reconnaissent d’ailleurs que, dans sa globalité, la question financière demeure problématique.

Le principal souci se situe dans la deuxième phase du permis de conduire, instaurée depuis 2007. Les élèves conducteurs, une fois leur examen pratique passé, obtiennent un permis provisoire d’une durée de 3 ans. Durant ce laps de temps, ils doivent effectuer des cours dit « de perfectionnement ». Dans le canton, il en coûte 640 francs pour deux journées. Un montant qui reste dans la norme voire même plus bas que certains prix pratiqué ailleurs en Suisse romande.

Didier Receveur juge que l’idée de ces cours est bonne, mais que le contenu est un peu léger. Il précise « qu’une solution pour abaisser les coûts se situerait dans une méthode plus structurée, moins commerciale. Il faut travailler de manière plus pédagogique. Par exemple, en commençant l’apprentissage de la conduite dans les centres, afin de mettre l’aspect technique en avant, car cela n’est pas toujours possible au cœur du trafic ». /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus