Malaise et tensions règnent toujours au sein des maires taignons

Les maires des Franches-Montagnes se sont réunis jeudi soir pour l’assemblée du syndicat des ...
Malaise et tensions règnent toujours au sein des maires taignons

Les maires des Franches-Montagnes se sont réunis jeudi soir pour l’assemblée du syndicat des biens des communes du district. Deux dossiers étaient à l’ordre du jour : la problématique des stands de tirs et le décompte financier du projet de fusion.

Pour la première fois depuis le refus de la commune unique, en mars dernier, tous les maires franc-montagnards étaient présents autour de la table. Mais les clans entre les pros et les anti-fusions ne se sont pas pour autant effacés, bien au contraire. La division s’est d’ailleurs remarquée jusqu’aux places choisies par les élus pour s’assoir dans la salle.

Après une heure de discussions autour des stands de tir, les maires ont finalement décidé de ne rien décider. Il faut dire que, comme l’a souligné Raphaël Schneider, le chef du service des communes, la discussion était très floue, à croire que tous n’évoquaient pas la même convention. Il a ensuite été question du coût du projet de commune unique. La facture totale se monte à un peu plus de 209 700 francs, dont la moitié a été payée par le canton.

Jeudi soir, les discussions ont été houleuses, l’ambiance très tendue et les reproches prêts à fuser de part et d’autre. Au final, cette séance n’aura guère fait avancer les débats, mais elle aura montré que, pour l’heure, la réconciliation est impossible entre les maires taignons. /sbo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus