Les gens du voyage à la tribune du Parlement jurassien

Gens du voyage à Bassecourt

Les gens du voyage défendus et bousculés à la tribune du Parlement jurassien. Lors des questions orales mercredi matin, deux interventions ont permis de faire le point sur les derniers événements liés à l’arrivée de nombreuses caravanes dans le Jura.

Le CS-POP André Parrat a d’abord dénoncé les agissements d’un ou plusieurs individus qui ont tiré sur des véhicules et gravés des messages haineux sur les carrosseries. Le député s’est étonné du peu de réaction que cela a suscité dans le Gouvernement et a demandé si l’exécutif comptait être partie prenante de la procédure judiciaire.

Le ministre en charge de la justice et police, Charles Juillard, a souligné le caractère intolérable de ces actes. Il a par contre mis en doute la qualité pour agir du Gouvernement et de porter plainte lui-même. Ces infractions sont par ailleurs poursuivies d’office et l’enquête est actuellement en cours.

C’est dégueulasse…

C’est ensuite Yves Gigon qui a donné une autre direction au débat. L’élu PDC a dénoncé le manque d’hygiène et les déprédations dues aux excréments aux terres agricoles occupées par les gens du voyage lors de leur passage dans la région. Le député de Courgenay voulait savoir par qui le coût des dégâts est pris en charge et si des autorisations communales ne sont pas nécessaires avant l’installation d’un camp de caravanes.

C’est le ministre des communes, Michel Thentz qui s’est chargé de donner une réponse. Deux cas sont à distinguer. Les propriétaires qui acceptent l’installation de gens du voyage sur leur terrain en acceptent aussi les conséquences financières. Les propriétaires qui sont par contre mis devant le fait accompli n’ont pour leur part que peu de moyens d’actions. Aucune assurance n’existe pour ce type de situation. L’assurance bris de glace peut éventuellement entrer en matière, mais cela nécessite des poursuites, l’intervention de la police et que l’auteur des déprédations soit affilié à une assurance.

Michel Thentz a par ailleurs fait le point sur les places d’accueil destinées aux gens du voyage. Après l’abandon du projet sur le site des Prés-Roses à Delémont, le Service des communes privilégie actuellement une autre piste. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus