Les communales à la sauce fusion

Haute-Sorne

Les élections communales approchent à grand pas. Dans les communes qui s’apprêtent à fusionner, les habitudes vont changer. Pour la première législature, chaque village correspondra à un cercle électoral avec son nombre spécifiques d’élus.
Mais dans le cas de la Haute-Sorne notamment, aucun candidat ne s’est présenté pour le poste de représentant d’Undervelier au conseil communal. Ce sera donc élection libre, et si la personne désignée par les urnes refuse d’endosser cette responsabilité, il y aura élection complémentaire. En cas de second refus, rebelote, mais le scénario n’est pas infini. Selon le chef du service des communes, Raphaël Schneider, la discussion pourrait alors s’engager pour savoir si le conseil communal peut ou non travailler avec une vacance. Mais en aucun cas, le représentant d’Undervelier ne pourrait être remplacé par un élu d’un autre cercle électoral, que ce soit Bassecourt, Courfaivre, Glovelier ou Soulce.
Reste qu’il pourrait s’avérer difficile de trouver un volontaire. La perspective d’une éventuelle élection complémentaire, qui pourrait se répéter, est un risque dont tient compte le maire d’Undervelier, Stéphane Stegmüller, même s’il se veut optimiste. Comme pour toutes les fusions, les obstacles existent, mais ne sont pas insurmontables selon lui. Plusieurs facteurs pourraient quelque peu décourager les bonnes volontés dans les communes nouvellement fusionnées : la masse de travail, en particulier pour la première législature, la peur de l’inconnu avec un fonctionnement auquel les habitants ne sont pas habitués, la crainte d’afficher une couleur politique dans les petits villages où l’on fonctionnait jusqu’ici plutôt à la personnalité et le manque de marge de manœuvre politique des communes. /iqu
 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus