Les auteurs du sondage sur le RER se justifient

Un peu plus de 390 voix d’écart et le RER-TransRUN passe à la trappe ! Les Neuchâtelois ont ...
Les auteurs du sondage sur le RER se justifient

Le sondage réalisé par MIS-Trend ne reflète pas la réalité des urnes. Le sondage réalisé par MIS-Trend ne reflète pas la réalité des urnes.

Un peu plus de 390 voix d’écart et le RER-TransRUN passe à la trappe ! Les Neuchâtelois ont refusé dimanche le projet de voie rapide entre les villes de Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds par 50,29% des voix. Le sondage commandé par RTN et L’Express/L’Impartial trois semaines avant la votation plaçait pourtant le oui largement en tête.

Selon l’institut de sondage MIS-Trend, les chiffres de l’enquête ne sont pas faux : c’est la situation précédent le vote qui a changé le résultat des urnes !  Mathias Humery, chef de projet à l’institut, est catégorique : l’écart entre les 33% des 1’007 Neuchâtelois qui annonçaient un refus du projet et les 50,29% de la population qui ont effectivement voté contre le RER dimanche s’explique de plusieurs manières. La marge d’erreur, les 19% d’indécis sondés et la population votante ont joué un rôle.

 

Les sondés ne représentent pas forcément la population votante 
 

Contrairement aux résultats prévus par le sondage, 50,29% des Neuchâtelois ont rejetté le RER-TransRUN. Contrairement aux résultats prévus par le sondage, 50,29% des Neuchâtelois ont rejetté le RER-TransRUN.


MIS-Trend insiste tout d’abord sur la marge d’erreur de +/-3% qui a été respectée lors de ce sondage réalisé entre le 27 août et le 4 septembre. L’une des règles inhérente à la branche est le minimum de 1’000 personnes sondées. Si l’échantillon interrogé est plus petit, la marge d’erreur augmente. En revanche, si l’échantillon est plus grand, la marge d’erreur ne diminue quasiment pas.

La deuxième explication avancée par l’institut lausannois repose sur les 19% d’indécis sondés. Même si, en général, ils ne passent pas tous du même côté, il n’est pas exclu en l’occurrence que les résultats du sondage ont eu pour effet de motiver les opposants à se mobiliser plus.

Troisième explication selon Mathias Humery : il est impossible de faire en sorte que l’échantillon de personnes sondées soit le même que celui de la population qui va effectivement voter. MIS-Trend crée un échantillon représentatif de la population, selon des critères d’âge et de droit de vote par exemple, mais les personnes qui vont voter ne sont pas forcément elles-mêmes représentatives de la population selon ces mêmes critères. Ainsi, le 23 septembre, les campagnes ont davanatge voté que les villes, par exemple, alors que c’était surtout dans les villes que le projet était approuvé selon le sondage.

Selon l'enquête de MIS-Trend, 27,1% des sondés s'estiment assez mal informés trois semaines avant la votation. Selon l'enquête de MIS-Trend, 27,1% des sondés s'estiment assez mal informés trois semaines avant la votation.

Enfin, le laps de temps entre le sondage et la votation joue également un rôle. L’enquête a été réalisée plusieurs semaines avant la votation du 23 septembre. Le taux d’information de la population, notamment, a certainement joué un rôle important, selon MIS-Trend. Les résultats ont été diffusés presque en même temps que les ménages ont reçu les informations sur le scrutin. Le sondage montre qu’une partie de la population sondée (27,1%) se sentait assez mal informée.


Mensonge sur les intentions de vote ?

Selon l’enquête téléphonique de MIS-Trend, le taux de participation des Neuchâtelois à ce scrutin aurait dû s’élever à 76%. Au final, seuls 51,5% de la population se sont effectivement rendus aux urnes. Selon l’institut, ce n’est pas étonnant et même plutôt récurrent : il y a toujours plus de gens qui disent aller voter que la réalité.

Mathias Humery indique toutefois que le sondage aurait peut-être pu se rapprocher plus précisément des résultats du 23 septembre s’il avait été réalisé moins longtemps avant la votation. Mais les instituts de sondage n’ont pas le droit de réaliser d’enquêtes dans les 10 jours précédent une votation, dans le souci d’éviter d’influencer les résultats. /aes


Actualisé le

Actualités suivantes