Un Jura à 2'000 Watts comme objectif

Centrale électrique

Le Jura a défini les grandes lignes de sa future politique énergétique. Le Gouvernement a présenté lundi matin les 9 thèses sur lesquelles elle sera basée.

Cette stratégie 2035 s’appuie notamment sur le rapport de Weinmann-Energies SA qui a mis en lumière les spécificités jurassiennes et défini les domaines dans lesquels les mesures seraient les plus efficaces. Cette politique se fixe notamment pour objectif une société jurassienne à 2’000 Watts en 2100.

 

9 thèses et objectifs

Le Gouvernement vise une société à 4'000 Watts en 2035 et à 2'000 Watts en 2100. Des perspectives qui collent aux ambitions de la Confédération et qui sont jugées plausibles sur la base du rapport Weinmann-Energies.

Le canton souhaite d’ailleurs harmoniser les pratiques cantonales avec celles fédérales, tout en mettant sur pied une conception cantonale. Il s’agit pour le ministre Philippe Receveur de ne pas agir seul dans son coin, mais aussi de faire sa part dans l’effort collectif et de tenir compte des spécificités jurassiennes.

Cette politique 2035 vise aussi une autonomie énergétique maximale. Un pari osé, puisqu’à l’heure actuelle le Jura n’est indépendant qu’à hauteur de 13% en matière d’électricité et de 11% pour ce qui est du chauffage. C’est pourquoi le Gouvernement ne veut abandonner aucune énergie renouvelable.

La stratégie veut aussi favoriser l’économie d’énergie (p.ex. isolation des bâtiments), lancer des partenariats publics-privés et privilégier une démarche participative.

 

La porte reste ouverte aux éoliennes

Le modèle proposé par le Gouvernement prévoit avant tout des encouragements, mais des mesures coercitives devraient également être mises en place. L’un des exemples cités est l’interdiction du chauffage électrique, qui permettrait d’économiser beaucoup d’énergie pour un coût acceptable.

Toutes les énergies renouvelables seront aussi encouragées. Le Gouvernement n’imagine toutefois pas imposer de parc éolien à une population qui n’en veut pas. Il n’y a pas d’urgence à trouver des emplacements, mais il s’agit aussi de trouver des solutions pour éviter d’éventuelles futures contraintes de la Confédération. Dans cette optique, le moratoire cantonal sur les éoliennes devrait être levé dans le courant 2013, après l’adaptation du plan directeur cantonal. Les réglementations similaires adoptées récemment dans plusieurs communes sont quant à elles à l’étude pour l’instant, mais d’après les dernières conclusions, elles devraient s’avérer contraires au droit cantonal et fédéral. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus