Courroux aussi pointe le canton du doigt

Administration de Courroux

Au tour de Courroux de pousser un coup de gueule. A l’heure d’établir son budget, la commune reprend à son compte les reproches de la capitale et dénonce les coûts supplémentaires que des décisions cantonales font peser sur ses finances. Les autorités communales ont d’ailleurs adressé un courrier au Département cantonal des finances pour se plaindre de l’asphyxie qui menace les communes.

« On ne peut pas indéfiniment racler les fonds de tiroir »

Les autorités de Courroux se montrent d’autant plus inquiètes que le budget 2013 table sur un déficit d’un peu plus de 520'000 francs, alors même que ses concitoyens ont consenti à relever la quotité d’impôt à 2.15 l’an dernier dans le but d’équilibrer les finances. La faute aux charges supplémentaires qui péjorent les prévisions, selon elles. Les parts destinées à l’AVS, l’enseignement et les transports publics ont augmenté. Or la commune n’a pas d’emprise sur ces rubriques, sa marge de manœuvre est de plus en plus réduite, estiment les autorités. « L’exécutif communal n’est bientôt plus qu’un organe de gestion », s’insurge le maire Alain Guédat. Et de dénoncer le fait que celui qui décide n’est pas toujours celui qui paie.

Pas de hasard dans le calendrier

Ce qui risque de creuser le trou le plus gros dans les finances communales est la modification de la loi d’impôt qui doit rendre égaux les couples mariés et concubins en matière de fiscalité. Pour Courroux, cela devrait représenter une diminution des recettes fiscales de près de 300'000 francs pour l’année 2013. Le Parlement jurassien doit se prononcer mercredi sur cet objet, et l’entrée en vigueur est prévue au 1er janvier 2013. Ce qui laisse peu de temps pour se retourner. La commune espère un report d’une année, ne serait-ce que pour ouvrir le débat avec les autorités cantonales. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus