Se venger par le feu

Palais de Justice

Bouter le feu à une voiture pour se libérer de ses angoisses. C’est la vengeance choisie par un sexagénaire jurassien envers son curateur. Les faits se sont produits en août 2010 à Châtillon, l’affaire a été jugée mardi au Château de Porrentruy.

« Il m’en faisait voir de toutes les couleurs, n’avait pas de cœur, me salissait et salissait mes filles. » C’est ainsi que l’accusé décrit son curateur. Une béquille dont il a besoin, lui qui souffre de graves troubles mentaux et d’alcoolisme. Il en avait si marre qu’un jour, il a sciemment bouté le feu à la voiture du bonhomme, dans le sous-sol de sa maison. Des enfants du quartier ont pu alerter l'homme et ainsi empêcher un drame.

Son méfait commis, l’homme dit être libéré de ses angoisses. Du coup, il se rend à l’église, où la police le cueillera. Il fera trois mois de taule. C’était si bien que son avocat a dû insister pour le sortir…

L'alcool, c'est fini

Encadré, parfois hospitalisé, au casier judiciaire vierge, ce sexagénaire a réglé sa dette à sa victime, qui s’est d’ailleurs retiré de la procédure. L’homme avoue avoir banni l’alcool de sa vie voici six semaines. Le juge Lachat l’en félicite, tout comme le procureur, qui requiert 15 mois de prison avec sursis, trois de plus que la défense.

Suivant le procureur, le juge reconnaît l’homme coupable d’incendie intentionnel, le condamne à 15 mois de prison avec sursis pendant deux ans, lui impute les frais judiciaires, et ajoute une instance de probation - suivi médical en réseau, pour que le renouveau de cet homme se poursuive. /clo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus