Berger & Co: les questions du PS

Le conflit social chez Berger & Co prend une dimension politique. Le groupe socialiste au Parlement ...
Berger & Co: les questions du PS

Le piquet de grève chez Berger & Co

Le conflit social chez Berger & Co prend une dimension politique. Le groupe socialiste au Parlement jurassien a adressé mercredi une question écrite au gouvernement. Les élus PS souhaitent savoir si l’entreprise allemande, qui va fermer sa succursale jurassienne à fin mars, a profité de prestations de la Promotion économique. Les députés socialistes demandent également si le Gouvernement jurassien entend demander un remboursement d’éventuelles aides publiques perçues par Berger & Co.

 

RAS du côté de la Promotion économique

«Des mécanismes de remboursement existent mais aucun ne sera activé en ce qui concerne Berger & Co», nous a confié Jean-Claude Lachat. Le chef de la Promotion économique jurassienne n’est pas en mesure de dévoiler l’existence d’éventuelles aides étatiques dont aurait bénéficié le groupe allemand spécialisé dans le décolletage. En règle générale, le canton peut demander à être remboursé après cinq ans en cas de contributions financières et après dix ans pour des allègements fiscaux. Berger & Co s’est installé dans le Jura il y a plus de vingt ans.

 

Une logique «d’apaisement»

Le groupe PS exhorte enfin l’exécutif à se positionner au sujet de l’intervention de la police auprès des grévistes. C’est Séverine Stalder qui a décidé d’envoyer un agent sur les lieux. La procureure conteste toutefois le terme «d'intervention» utilisé par les syndicats et le groupe PS. Selon elle, le policier s’est déplacé dans une logique «d’apaisement». Séverine Stalder souligne que l’agent était là pour négocier et non pas pour déloger les employés par la force. «Ils ont accepté de quitter les lieux», affirme la procureure. Cette dernière estime avoir pris en considération la situation particulière des grévistes. /fra


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus