Un regard québécois sur l’agriculture jurassienne

Stéphane Balmer et les étudiants de l'ITA

La visite à la ferme avait un accent québécois. Une quinzaine d’étudiants venus de la belle province ont passé une semaine dans le Jura, après avoir d’abord séjourné dans le canton de Vaud. Elèves à l’Institut des technologies agro-alimentaires, leur séjour avait pour but de découvrir les pratiques agricoles qui ont cours en Suisse. Encadrés par la Fondation rurale interjurassienne, ces étudiants ont visité plusieurs exploitations jurassiennes et différentes entreprises typiques de la région. Leur voyage les a menés par exemple aux Vergers d’Ajoie, à la coutellerie Wenger ou encore chez Camille Bloch.

Détour par Courcelon

Vendredi, ces jeunes Québécois se sont notamment rendus à Courcelon, dans la ferme de Stéphane Balmer. Ils étaient accompagnés du responsable formation de la FRI, Fabrice Berret, ainsi que de leurs deux enseignants. Ils ont visité les installations et se sont notamment attardé devant les élevages de porc et de chèvres. Très intéressés, ils ont posé beaucoup de questions à Stéphane Balmer, ravi de cet échange.

Des différences marquées

Elèves et professeurs relèvent les mêmes différences entre l’agriculture suisse et canadienne. Les exploitations sont de taille plus réduites sous nos latitudes, ce qui favorise un contact plus direct entre producteurs et consommateurs. Les étudiants notent aussi des différences de réglementations, par exemple en matière de bien-être animal. A leur retour, ils devront rendre un travail sur leur séjour en Suisse. Ils ont d’ailleurs tenu un blog tout au long de leur voyage. Le groupe a pris son envol pour le Québec samedi. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes