Les zones 30 suscitent le débat

La mise en place de zones 30 km/h, se justifie-t-elle systématiquement ? La question a été ...
Les zones 30 suscitent le débat

La mise en place de zones 30 km/h, se justifie-t-elle systématiquement ? La question a été posée jeudi soir lors d'une soirée conférence-débat organisée à Delémont par le Bureau de prévention des accidents. Depuis une dizaine d’années, les secteurs à vitesse réduite se sont multipliés dans la région. Aujourd’hui, le canton du Jura en compte une cinquantaine. Le Bureau de prévention des accidents se réjouit de cette augmentation considérable. Selon le BPA, ces tronçons à 30 km/h, ainsi que les différents ralentisseurs installés, ont permis d’éviter un certain nombre d’accidents et favorisent la cohabitation entre les automobilistes et les riverains.

Dans un discours provocateur, le président de l’Association Mobilitant a réfuté ces arguments. Pour Pascal Prince, la plupart des zones 30 n'ont pas lieu d'être. Selon lui, avec la mise en place de ces secteurs limités, les autorités dénigrent l'automobiliste et son bon sens. D'autres mesures plus efficaces pourraient être prises pour favoriser la sécurité. Pascal Prince estime par ailleurs que ce dossier devrait passer par les urnes.

Quant au TCS, il adopte une position intermédiaire. Son président, Pierre-Arnauld Fueg, estime que la mise en place de zones 30 se justifie dans de nombreux cas, notamment à proximité des écoles et des hôpitaux. Néanmoins, il affirme également que leur emplacement n'est pas toujours judicieusement choisi et que la tendance est plus à la dramatisation qu'à la réflexion. /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus