«Le vendredi saint, on s’arrête»

Ce week-end de Pâques permet à de nombreux Jurassiens de profiter de congés supplémentaires ...
«Le vendredi saint, on s’arrête»

Jean-Jacques Theurillat, vicaire épiscopal pour le Jura pastoral. Jean-Jacques Theurillat, vicaire épiscopal pour le Jura pastoral.

Ce week-end de Pâques permet à de nombreux Jurassiens de profiter de congés supplémentaires, Vendredi Saint et Lundi de Pâques étant fériés. Cette tradition chrétienne commémore la résurrection de Jésus-Christ, comme l’explique Jean-Jacques Theurillat, vicaire épiscopal pour le Jura pastoral : «Le Vendredi saint, on s’arrête. En regardant la mort du Christ, on regarde tous ceux qui souffrent et on s’interroge aussi pour savoir ce qu’il va advenir à sa propre mort. Et comme c’est une question qui nous bouleverse, il faut attendre jusqu’à la nuit du samedi au dimanche où la mort est vaincue et la vie la plus forte.»

 

Une tradition encore vivante ?

Pour Jean-Jacques Theurillat, fêter Pâques garde tout son sens aujourd’hui. «Il y a une attente chez énormément de gens pour trouver un sens à la vie. Tout le monde ne célèbre pas la résurrection, mais à un moment dans sa vie on en trouve des échos, que ce soit dans la naissance d’un enfant ou un évènement plus triste. Il est vrai que parfois, à Pâques, on est simplement content d’avoir congé et de ne rien faire…»  /jfa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus