Diplômés jurassiens: rats des villes ou des champs?

Patrick Rérat s’est penché sur le parcours migratoire des jeunes diplômé-e-s jurassien-ne-s ...
Diplômés jurassiens: rats des villes ou des champs?

Patrick Rérat Le chercheur Patrick Rérat a présenté son étude scientifique «Après le diplôme. Les parcours migratoires au sortir des hautes écoles» mardi matin à la FARB.

Patrick Rérat s’est penché sur le parcours migratoire des jeunes diplômé-e-s jurassien-ne-s. Chercheur à l’Université de Neuchâtel, il a questionné quelque 900 étudiants du canton ayant obtenu leur diplôme entre 2000 et 2010. Les résultats de son étude ont été présentés mardi matin à la presse. «Après le diplôme, les parcours migratoires au sortir des hautes écoles» révèlent que 40% des diplômé-e-s universitaires et 51,6% des diplômé-e-s des HES vivent dans le Jura. Les autres ne sont pas revenus dans le canton au terme de leurs études.

 

Critères de décision multiples

Le fait de revenir ou non vivre dans le Jura dépend de plusieurs facteurs : «Il y a évidemment les opportunités et perspectives professionnelles, mais pas seulement, explique l’auteur de l’étude Patrick Rérat. Le lien social est aussi un important critère, avec la proximité de la famille et des amis et l’attachement à la région. Finalement, le cadre de vie en général dans l’idée future de fonder une famille influence la décision du retour au pays».

 

La balle dans le camp du canton

L’étude de Patrick Rérat, publiée aux Éditions Alphil, a été soutenue par la Fondation Anne et Robert Bloch (FARB) ainsi que par le canton du Jura. Les autorités cantonales ont désormais l’intention de se baser sur le diagnostic de ce travail afin de développer différentes mesures pour inverser ce phénomène d’exode des cerveaux. « Nous devons tout d’abord agir sur la faiblesse du tissu économique du canton, indique Olivier Tschopp, chef du service de la formation des niveaux secondaire II et tertiaire. Mais cette tâche risque de prendre du temps. Plus rapidement, nous souhaitons mettre en lien les diplômé-e-s exilé-e-s avec les entrepreneurs et industriels de la région ». Par ailleurs, le canton du Jura entend améliorer les équipements culturels, tout comme l’accueil extra-scolaire. « Tous des éléments qui reviennent fréquemment dans l’étude de Patrick Rérat et qui sont fondamentaux pour l’image du canton», ajoute Olivier Tschopp. /afa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus