Des caméras scrutent la frontière

Caméra

Des yeux électroniques vous surveillent à la frontière. Des caméras un peu particulières sont installées petit à petit en Suisse : elles permettent de repérer des véhicules suspects. Ce système a été testé depuis 2010 dans le canton de Genève. Elles commencent à se disséminer dans le Jura.

 

Un outil qui fait déjà ses preuves

Ces caméras d’un genre nouveau scrutent les plaques d’immatriculation des voitures ; elles donnent l’alerte quand un véhicule recherché entre sur territoire suisse. Genève tire un bilan positif: les 40 appareils installés dans le canton permettent de résoudre une dizaine d’affaires criminelles chaque mois. Le système est en cours d’installation dans la région. Plusieurs caméras sont déjà en fonction à différents postes qui jalonnent les 197 kilomètres de frontière pour la région Jura-Neuchâtel. Mais les résultats sont pour l’heure difficiles à chiffrer, l’efficacité de ces caméras ne fait aucun doute pour le commandant du corps des gardes-frontières de la région, Cédric Doleyres. L’outil est très intéressant vu les bases de données à disposition, comme le registre informatisé de police ou celui des gardes-frontières.

 

Une mesure encadrée

Ces yeux électroniques aident les douaniers et la police à mettre la main sur tout type de malfrats. Les gardes-frontières assurent avoir pris des mesures pour éviter les abus : les voitures ne sont pas contrôlées systématiquement, les images sont conservées 30 jours, puis sont détruites. Mais d’autres garde-fous existent, comme l’indique Cédric Doleyres. En plus des différentes bases légales fédérales, comme la loi sur les douanes ou l’ordonnance concernant les prises de vue et la récolte de données, des directives ont été mises en place à l’interne pour réglementer qui a accès à ce type de données. /pch+pbu+iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus