Des ventes d’immeubles qui font des vagues

Hôtel de ville de Delémont

La vente de deux immeubles n’est pas passée comme une lettre à la poste lundi soir au Conseil de ville delémontain. L’un des deux biens immobiliers se trouve à la rue Franche 22 et abrite la structure d’accueil la Puce verte. Il serait vendu pour 440'000 francs. L’autre, sis à la route de Domont 21, trouverait preneur pour 400'000 francs. Tous deux ne répondent plus aux besoins de la commune, selon le Conseil communal. La gauche a voulu mettre son veto, mais n’a finalement pas obtenu gain de cause.

 

Des modifications qui ne trouvent pas grâce

Plusieurs partis ont fait part de leurs inquiétudes quant à ces ventes. Mais c’est du côté du groupe socialiste que les débats ont été les plus vifs. Ce dernier reprochait notamment le manque de plan dans la politique foncière de la commune. Il regrettait aussi que seule la commission des finances ait été consultée dans ces projets de vente, et pas celle des affaires sociales et du logement. Le PS craignait la perte de la vocation sociale des immeubles. C’est aussi le sort de la Puce verte qui inquiétait le parti.

Des modifications ont été apportées aux deux arrêtés. Un droit de réméré de 5 ans a été introduit. La possibilité pour la Puce verte d’acquérir le bâtiment qu’elle occupe au prix de 440'000 francs, même si une offre plus élevée devait être formulée, a aussi été ajoutée à l’arrêté. Au final, la vente de ces immeubles a été acceptée, par 22 voix contre 18 dans les deux cas, malgré la désapprobation marquée de la gauche. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus