Du plomb dans l'aile pour la police unique

Le projet de police unique de l’Arc jurassien est mis entre parenthèses. Annonce faite jeudi ...
Du plomb dans l'aile pour la police unique

  De gauche à droite: Pascal Luthi (commandant de la police neuchâteloise), Alain Ribaux (Chef du Département neuchâtelois de la sécurité), Charles Juillard (ministre jurassien de la justice et de la Police) et Olivier Guéniat (commandant de la police jurassienne).

Le projet de police unique de l’Arc jurassien subit un redimensionnement. Annonce faite jeudi matin en conférence de presse par les deux ministres en charge de la police: le Jurassien Charles Juillard et le Neuchâtelois Alain Ribaux. Le projet n'est toutefois pas enterré, mais le calendrier va être revu. L'horizon 2020 a été évoqué. D'ici là, les deux corps de police vont tenter d'établir des synergies, notamment dans l'équipement et dans les groupes spéciaux. Tant du côté jurassien que neuchâtelois, on estime que l'union est une nécessité à moyen terme, car la criminalité est en hausse et les effectifs ne sont pas suffisants pour contenir ce fléau, ni dans le Jura, ni dans le canton de Neuchâtel.

 

Mais alors pourquoi ne pas s'y mettre tout de suite ?

Il y a plusieurs raisons évoquées de part et d'autre. Charles Juillard, le ministre jurassien de la Justice et de la police, en a relevé deux fondamentales. D'une part, le projet Police 2015, la réécriture de la loi de la police cantonale, demande beaucoup d'énergie et sera d'ailleurs présenté très bientôt en vue d'une consultation. D'autre part, les problèmes financiers ne permettent pas de poursuivre un projet de cette envergure pour le moment.

Même son de cloche côté neuchâtelois. Le chef du Département de la justice et de la sécurité, Alain Ribaux, a lui aussi évoqué des difficultés financières. Le changement de Gouvernement dans le canton de Neuchâtel a aussi perturbé le déroulement optimal du projet.

 

Quel avenir ?

Charles Juillard et Alain Ribaux sont unanimes: les deux polices sont trop petites pour répondre aux nombreux défis futurs. Une union semble donc irrévocable et tous deux en sont bien conscients. La collaboration et les échanges seront nombreux entre les corps jurassiens et neuchâtelois ces prochains temps. Quant à la police de l'Arc jurassien, elle pourrait voir le jour à moyen terme, l'horizon 2020 a été évoqué. Reste que rien n'est sûr. Ce qui est certain, en revanche, c'est que l’actuel commandant de la police cantonale jurassienne ad intérim, Olivier Guéniat, va quitter son poste et retourner à Neuchâtel dès le 1er janvier 2014. Son poste est mis au concours lundi prochain. Charles Juillard est confiant quant à la succession d'Olivier Guéniat. Il prévient toutefois: «Le Jura a besoin de quelqu'un qui a les épaules solides au vu des prochains défis à relever.» /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus