L'exception franc-montagnarde

Les Franches-Montagnes est l’unique district de Suisse à avoir voté majoritairement en faveur ...
L'exception franc-montagnarde

Franches-Montagnes

Les Franches-Montagnes est l’unique district de Suisse à avoir voté majoritairement en faveur de l’initiative du GSsA qui souhaitait la fin de l’obligation de servir. Le « oui » l’a emporté de justesse, avec seulement 51,2% des voix, mais il n’empêche que ce résultat marque la particularité taignonne. Au niveau cantonal, les Jurassiens l’ont refusé à hauteur de 58,6% des suffrages. Un pourcentage qui grimpe même à 73,2% à l’échelle suisse.

Selon Emmanuel Gogniat, auteur de «Aux racines du patriotisme, affaire de la place d'armes des Franches-Montagnes et question jurassienne», ce résultat pris globalement n’est pas étonnant si l’on tient compte de la tradition antimilitariste des Taignons, qui est née dès la fin des années 50 dans le cadre de l’opposition à la création d’une place d’armes des Franches-Montagnes. Par contre, si on analyse le détail des résultats, commune par commune, on aperçoit que cette interprétation est contredite. Les communes qui étaient très concernées par cette volonté de création de place d’armes, à savoir Les Genevez, Lajoux et Montfaucon, et bien Les Genevez et Montfaucon ont refusé cette initiative. Et Lajoux l’a accepté, mais très faiblement (52%). Donc il faut quelque peu nuancer cette analyse.

« Il faut plutôt regarder les communes qui ont accepté la votation, principalement Saignelégier et Le Noirmont, qui traditionnellement votent assez à gauche. Je pense que l’explication est peut-être plus à chercher de ce côté-là que par rapport à un contexte historique lié à la place d’arme », ajoute Emmanuel Gogniat. /afa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus