Tout savoir sur le cœur

René Prêtre à cœur ouvert. Le célèbre chirurgien jurassien participe à la journée « Santé Jura ...
Tout savoir sur le cœur

René Prêtre René Prêtre

René Prêtre à cœur ouvert. Le célèbre chirurgien jurassien participe à la journée « Santé Jura », qui se déroule samedi, en donnant une conférence dès 18h au complexe scolaire Général Guisan à Courroux. Le ministre jurassien de la Santé Michel Thentz ainsi Charles Kleiber, président du conseil d’administration de l’Hôpital du Valais et Pierre Keller, ancien directeur de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne, prendront également la parole.

L’exposé du Professeur René Prêtre aura, bien évidemment, comme thème le cœur. Il évoquera les deux dimensions de l’organe. Le cœur médical et le cœur émotionnel, celui des sentiments, de l’amour. Il sera notamment question de son travail quotidien, des principes de la chirurgie cardio-vasculaire, mais aussi de donner un aperçu de l’ambiance d’une salle d’opération.

 

Le travail avec les enfants

« Opérer un cœur d’enfant, ce n’est pas la même chose que d’opérer celui d’un adulte », précise René Prêtre. Les enjeux sont plus grands. « Donner et assurer la vie d’un enfant procure énormément de plaisir », ajoute-t-il.
Il explique que la chirurgie cardiaque est particulière : « Il y a deux pics d’incidence. Souvent lorsque l’on opère un cœur, c’est soit au début de la vie soit à la fin. L’organe de l’enfant est plus complexe, car il est beaucoup plus petit et les malformations sont parfois plus difficiles à corriger ».

 

Avoir les épaules solides

Evidement lorsque l’on touche à un organe tel que le cœur, les responsabilités du médecin sont importantes. Et pour les gérer au mieux, il faut acquérir de l’expérience. Les milliers d’heures passées sur une table d’opération atténuent les risques et la pression. René Prêtre estime « qu’il faut être très pragmatique. Il faut faire abstraction du côté émotionnel qu’engendre l’intervention ».

 

La gestion de la relation avec la famille

Opérer des enfants crée évidemment une relation particulière avec les parents. Comment le chirurgien gère-t-il cela ? « Il faut parler des risques avant tout et instaurer un rapport de confiance. Aujourd’hui, les parents font partie de la génération Internet. Ils sont très bien renseignés sur les problèmes, ils comprennent plus vite. Le dialogue est donc plus facile qu’il y a 15 ou 20 ans, mais l’aspect émotionnel demeure ».


Les trois qualités nécessaires

Technicité, tactique et dimension artistique sont les trois principales qualités pour pratiquer une profession telle que chirurgien du cœur d’après René Prêtre. « La technicité vient par le travail, mais aussi par le talent. La tactique s’acquiert par la lecture, les connaissances, les grandes expériences, mais aussi par une certaine intelligence. Enfin la dimension artistique demande de savoir projeter en trois dimensions la structure du cœur. Ce qui esthétiquement beau fonctionne bien dans ce type de chirurgie ». /jpp

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus