Vers une radiologie sans effet secondaire

Dans le domaine de l’imagerie médicale, un chercheur jurassien a mis au point une méthode qui ...
Vers une radiologie sans effet secondaire

Arnaud Comment, chercheur jurassien de l'EPFL Arnaud Comment, chercheur jurassien de l'EPFL

Dans le domaine de l’imagerie médicale, un chercheur jurassien a mis au point une méthode qui permet le remplacement de produits chimiques, potentiellement toxiques, par une molécule naturelle. Arnaud Comment travaille à l’EPFL. Il est originaire de Courgenay. Sa découverte est une petite révolution dans le milieu de la radiologie.

Certains agents de contrastes injectés dans le corps lors d’IRM visant à déceler des cancers ou des problèmes cardiaques nécessitent des produits chimiques parfois nocifs pour la santé. Ces agents de contraste « permettent de voir la chimie du corps en plus de l’anatomie, ce qui dans certains cas tels que la détection de cancers ou de problèmes cardiaques est essentiel », explique Arnaud Comment. Ils nécessitent toutefois d’être filtrés avant injection. Ce procédé atténue le contraste de l’IRM et donc la qualité de l’image obtenue.

La méthode testée et déjà commercialisée aux Etats-Unis fait ainsi usage de substance naturelle en lieu et place de ces produits chimiques néfastes. Elle permet non seulement de diminuer, voire d'éliminer les effets secondaires de l’IRM de contraste mais présente aussi une qualité d’image extrêmement détaillée. L’hôpital de Zürich possède déjà cette nouvelle technologie. Arnaud Comment espère que l’hôpital universitaire de Lausanne se dote également bientôt de l’une de ces machines. /gcb


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus