La caserne de Bure peut souffler

La caserne de Bure ne craint rien. La cure d’amaigrissement de l’armée n’a pas des conséquences ...
La caserne de Bure peut souffler

La caserne de Bure

La caserne de Bure ne craint rien. La cure d’amaigrissement de l’armée n’a pas des conséquences pour le Jura. La place d’armes de Bure n’est pas touchée par les restructurations. Pour le ministre Charles Juillard, ce n’est pas une surprise, vu les investissements conséquents consentis ces dernières années et encore en cours. Cette décision reste importante pour assurer la centaine d’emplois offerts à Bure. Patrick Zumbühl, le maire de Bure, est aussi satisfait par cette décision. Mais il n’est pas étonné par rapport au développement qu’a connu la place d’armes. Le Département de la défense a annoncé officiellement la réorganisation de la grande muette mardi matin, mettant un terme aux rumeurs qui couraient depuis la veille.

 

Le Valais au régime

Le Valais a eu moins de chance. L'aérodrome militaire de Sion va fermer. En revanche, l'école militaire sera déplacée dans la capitale valaisanne. La restructuration entraîne la suppression de 170 postes à l'aérodrome, mais une centaine de places seront créées avec la police militaire.


Les places d'armes de Lyss (BE), Genève, Moudon (VD), et St-Maurice (VS) ne seront plus utilisées par l'armée suisse. Dans le canton de Fribourg, l'armée se retire de la caserne de la Poya et du camp du Lac-Noir. Rien n'a encore été décidé quant à la future utilisation de ces casernes, selon Ueli Maurer le chef du Département.


En tout, 300 emplois seront supprimés d’ici quelques années. L’armée espère réduire les postes via le biais de la fluctuation naturelle. /ATS + nqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus