Les policiers romands ne seront pas formés de sitôt sur un site unique

Aspirants policiers

Selon une information du bureau de Berne des Radios Régionales Romande, la grande réforme de l’armée présentée mardi donne un sérieux coup de frein au projet d’école de police romande sur un seul site. Et pourtant, il y a un mois encore, la Conférence latine des directeurs cantonaux de justice et police évoquait cette idée lors d’une séance à Delémont. Mais les plans du Conseil fédéral ont changé la donne.

Une idée qui séduit les cantons

Réunir la formation de tous les policiers romands sur un seul site. L’idée séduit les cantons. En mars, un groupe de travail était chargé de réfléchir à cette option. Sur la base d’un rapport intermédiaire, ils décidaient fin octobre d’aller plus en avant sur ce dossier, mais attendaient de connaître la liste des places d’armes dont l’armée allait se défaire pour y installer l’école. Les cantons lorgnaient surtout sur la caserne de Chamblon. Le site bénéficie d’une infrastructure moderne, de logements et il est idéalement situé près d’Yverdon, à proximité d’une autoroute. Mais l’armée ne va pas se séparer de Chamblon, au contraire, elle va y renforcer sa présence. Quant à la caserne de Moudon - abandonnée par la grande muette - elle nécessiterait trop d’investissements et ne remplit pas les critères d’accessibilité susceptibles de recueillir une majorité.

Retour au projet multisite ?

Contacté, le président de la Conférence latine des directeurs de justice et police, le Jurassien Charles Juillard, confirme que la restructuration de l’armée telle que présentée met un sérieux coup de frein au projet. Reste alors la possibilité de faire quand même une école unique, mais sur plusieurs sites. Cette perspective faisait déjà partie des scénarios analysés. Le groupe de travail doit rendre un rapport final ce printemps encore. /fqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus