Le Jura a-t-il besoin d’un système de lanceur d’alerte ?

Le PCSI Jura s’interroge sur la dénonciation dans l’administration. Le parti a déposé une question écrite lors de la dernière séance du Parlement jurassien, le 27 novembre. Les élus chrétiens-sociaux se demandent s’il ne faudrait pas instaurer un instrument de dénonciation dans l’administration jurassienne. Le texte souligne que ce procédé de délation anonyme est d’actualité dans d’autres administrations publiques.

 

La Confédération, notamment, bénéficie de ce système depuis 2011. Celui-ci a permis de déceler quelques problèmes, comme un contrat passé avec un prestataire par amitié alors que les prestations étaient catastrophiques, ou alors un engagement de personnel assimilable à du népotisme. Selon l’initiateur de cette question écrite, David Eray, l’instrument de dénonciation au niveau de l’administration fédérale permet chaque année de pointer du doigt une dizaine de cas à problèmes.

La question écrite du PCSI Jura met en évidence les avantages d’une dénonciation anonyme. Mais le parti reconnaît également ses limites. Selon lui, ce type de procédé n’exclurait pas le risque d’une dénonciation vengeresse qui pourrait mettre en cause une victime absolument innocente. /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus