Quand le CG de Haute-Sorne fait les choses à l'envers...

Une situation particulièrement cocasse mardi soir devant le Conseil général de Haute-Sorne. Les élus ont été appelés à voter un crédit de plus de 200'000 francs pour la rénovation de 5 classes de l'école secondaire de la Haute-Sorne, des travaux qui ont... déjà eu lieu. L'ancien Syndicat de l'ESHS a décidé en octobre 2012 d'effectuer des rénovations, sans toutefois faire avaliser le crédit nécessaire. Du coup, les factures abondent sur le bureau des autorités, au grand dam des élus.

La colère du PDC

Le groupe PDC s'est manifesté avec le plus de vigueur. Il a même décidé de s'abstenir de voter ce crédit, en raison de la manière de procéder du Syndicat. La façon de faire de ce dernier a été pointée du doigt par une interpellation de l'élu PDC de Bassecourt, Eric Dobler, lequel parle d'un « dysfonctionnement et d'un manque de loyauté du Syndicat envers les autorités de tutelle que sont les communes ». Une autre interpellation, déposée par le PCSI, a également prouvé à quel point le manque de transparence du Syndicat suscite le questionnement auprès des élus.

Pascal Crétin calme le jeu

Le conseiller communal en charge des écoles, Pascal Crétin, reconnaît la gravité de la situation, mais ne veut pas en faire un drame. Selon lui, il y a des circonstances atténuantes avec la création de la nouvelle entité de Haute-Sorne, ce qui a conduit à une erreur d'interprétation. En effet, les coûts auraient dû être mis dans le compte de fonctionnement, alors que l'assemblée du Syndicat les a passés en tant qu'investissement. Mais malgré ce dysfonctionnement, les travaux ont bel et bien été achevés il y a deux mois, durant les vacances d'automne.

Quid de la relation entre les autorités et le Syndicat ?

Bien au-delà de ce dysfontionnement, ce qui a alerté le groupe PDC et de nombreux autres élus, c'est le manque de communication entre les autorités et le Syndicat. Eric Dobler a rappelé que l'école secondaire de la Haute-Sorne est à un carrefour important de son développement avec l'agrandissement qui est toujours en projet, tout comme plusieurs réfections qui demeurent sur la table. Pour les mener à bien, plusieurs élus sont montés à la tribune pour rappeler l'importance pour le Syndicat de travailler main dans la main avec les autorités compétentes. Pascal Crétin a assuré que les membres du Syndicat s'investissent considérablement pour les projets de l'établissement basé à Bassecourt. Il affirme également que les discussions entre les deux entités vont bon train et que cette mésentente dans l'acceptation du crédit n'était qu'une erreur de parcours. Selon lui, Syndicat et autorités veulent oeuvrer dans le même sens... et en toute transparence. /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus