Une carte, cinq arrondissements

L’école jurassienne veut offrir une légitimité renforcée aux directeurs d’école. Le Département ...
Une carte, cinq arrondissements

« Lorsqu’un directeur doit prendre une décision compliquée, une décision qui implique l’avenir d’un élève parfois il se sent très seul », selon la ministre Elisabeth Baume-Schneider « Lorsqu’un directeur doit prendre une décision compliquée, une décision qui implique l’avenir d’un élève parfois il se sent très seul », selon la ministre Elisabeth Baume-Schneider

L’école jurassienne veut offrir une légitimité renforcée aux directeurs d’école. Le Département de la Formation, de la culture et des sports vient de mettre en consultation une réforme de la carte scolaire. Le projet prévoit la création de cinq arrondissements : Ajoie, Delémont, Franches-Montagnes, Haute-Sorne et Val Terbi. Ceux-ci sont appelés à remplacer les syndicats intercommunaux actuels. Les arrondissements regrouperont école primaire et secondaire : un élève évoluera ainsi dans la même structure tout au long de son cursus scolaire. Ils seront chapeautés par des directeurs qui auront des prérogatives spécifiques.

Les communes et les cercles scolaires auront leur mot à dire. Ils seront représentés au sein d’un conseil d’arrondissement. « L’idée, c’est d’associer les directeurs de terrain, qu’ils soient moins seuls. On ne le dit pas assez : lorsqu’un directeur doit prendre une décision compliquée, une décision qui implique l’avenir d’un élève, parfois il se sent très seul », indique Elisabeth Baume-Schneider, la ministre jurassienne de la Formation. Valoriser et professionnaliser le rôle de directeur constitue l’un des enjeux de cette réforme. « Je ne pense pas qu’il y aura moins de travail pour ces personnes mais une plus grande reconnaissance et puis certaines responsabilités qu’elles n’auront plus à assumer seules », explique Elisabeth Baume-Schneider.

La réforme de la carte scolaire vise aussi à une meilleure coordination en matière de transports scolaires, d’utilisation des locaux ou de commande de matériel.

Les tâches de conseil pédagogique et de contrôle – par exemple les entretiens d’évaluation des enseignants introduits récemment – seront très clairement séparées. Cette refonte de la carte scolaire entraînera la création de trois emplois temps plein. « On aurait pu se dire cinq arrondissements, donc cinq postes plein temps. Non, parce qu’il y a une volonté et une nécessité de maîtrise des coûts mais aussi parce que l’on est persuadé qu’il y a des doublons », affirme Elisabeth Schneider.

Le projet est en consultation jusqu’à fin mars. /fra


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus