Une année de prison avec sursis pour brigandage

Le Tribunal de Porrentruy a rendu son verdict ce mercredi dans l’affaire du brigandage de la ...
Une année de prison avec sursis pour brigandage

Le Tribunal de Porrentruy a rendu son verdict ce mercredi dans l’affaire du brigandage de la station-service à Courfaivre. Les faits ont eu lieu le 5 février aux alentours de 6h30. L’accusé a écopé de 12 mois de prison avec un sursis de 3 ans.

Rappel des faits

Un homme d’une trentaine d’années avait fait irruption dans le magasin de la station-service de Courfaivre armé d’une barre en fer. Il avait alors exigé que la vendeuse lui donne la caisse, l’avait même poussée avant de prendre la fuite à pied avec un butin de 860 francs. L’employée avait été choquée, mais n’avait subie aucun acte de violence de la part du malfrat. L’accusé dit aujourd’hui regretter ses actes et ne pas comprendre ce qui l’a pris ce jour-là. Le trentenaire dit même avoir une certaine compassion envers sa victime, à laquelle il a dans un premier temps voulu adresser ses excuses, avant de renoncer. Malgré cela, le Ministère public relève que le prévenu avait réfléchi à son acte et l’avait préparé durant quelques minutes. Le juge Pascal Chappuis a abondé en ce sens et a  exclu le coup de folie.

Avant de commettre cet acte, l’accusé avait perdu une somme d’argent conséquente au casino et avait voulu se refaire avant de partir en vacances en Thaïlande.

Egoïste et irrationnel

Durant l’audience, le prévenu a reconnu tous les faits qui lui sont reprochés. Il a collaboré avec la justice, comme il l’avait fait auparavant avec la police. L’homme est entré dans la salle avec le visage fermé et a répondu promptement aux questions précises qui lui ont été posées. Le juge n’a pas réussi à déterminer concrètement l’addiction du prévenu aux jeux. Il lui a simplement recommandé d’essayer de se faire soigner pour ne pas retomber dans un engrenage négatif. De plus, les motifs de son acte sont « irrationnels » selon le juge. Le Ministère public et la Défense ont reconnu l’égoïsme de l’accusé qui n’a agi que dans ses propres intérêts. Pascal Chappuis a prononcé un verdict quasiment à mi-chemin entre les exigences de la Défense et celle du Ministère public, prenant également en compte les six condamnations précédentes du prévenu pour des affaires moins importantes. Le braqueur a été reconnu coupable de brigandage simple et a écopé d’une peine de 12 mois de prison avec 3 ans de sursis. Il devra également suivre une assistance de probation pour se réintégrer correctement dans la société. /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus