« Mon beau sapin, roi des forêts »

Il trône dans votre salon orné de ses guirlandes et chocolats. Le sapin de Noël reprend sa ...
« Mon beau sapin, roi des forêts »

Sapin Adeline Cramatte et son fils devant de futurs sapins de Noël

Il trône dans votre salon orné de ses guirlandes et chocolats. Le sapin de Noël reprend sa place dans vos foyers. Vous l’avez peut-être déjà acheté en magasins, auprès de votre commune ou chez un pépiniériste. Nous nous sommes rendus chez Cramatte aux Lavoirs près de Bassecourt. Deux frères y cultivent des sapins de Noël. Chaque année, 200 sont coupés pour les fêtes, surtout des Nordmann. Quelques épicéas sont aussi vendus. Mais ils ont un gros désavantages, les aiguilles tombent assez vite. Par contre, le prix est moins élevé. Les Nordmann demandent plus d’entretien, il faut régulièrement couper l’herbe au pied pour éviter qu’elle n’étouffe le sapin. Alors que l’acidité de l’épicéa empêche la pousse de toute végétation.

Chaque année, quelques centaines de plants de sapins sont plantés dans la sapinière de la famille Cramatte. Haut d’une vingtaine de centimètre et âgés de cinq ans, les arbres vont patienter entre 5 à 7 ans avant d’être coupés pour Noël. Environ 10% ne seront jamais décorés. Une mauvaise plantation, le gibier, ou encore les souris peuvent empêcher le développement de l’arbre. Et bien sûr, certains sapins finissent au composte, faute d’avoir séduit un acquéreur. /nqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus